CAUSES

 
Elles peuvent survenir après un traumatisme avec fracture ou sans fracture. Elles peuvent être également de naissance, héréditaire ou congénitale.
 
Chez l’enfant, l’important est la déformation au moment où on voit l’enfant, mais également son risque évolutif qui nécessite plusieurs évaluations à distance l’une de l’autre. Une anomalie faible initialement peut devenir plus importante avec le temps, et vice-versa.
 
Les déformations des axes osseux sont de plusieurs types suivant l’axe osseux concerné. Les modifications angulaires sont mesurables (angles généralement mesurés en degrés). Les déformations concernent les différents plans osseux.
 

PLAN FRONTAL

 

Figures ci-contre : Genou Valgum à gauche, Genou Varum à droite

Figures ci-contre : Genou Valgum à gauche, Genou Varum à droite.

Les lésions sont visibles sur le plan « frontal », c’est à dire le même que celui du ‘front’, parallèle au plan de vision. Il s’agit, suivant le type d’os/d’articulation, de déviations en:
 
• Varus/valgus. Ces déformations sont connues dans le public au niveau du genou. Le varus du genou correspond aux jambes en « O », le valgus aux jambes en « X » (valgus: le pied va vers le vague…).
 
• Supination/pronation. Cela s’applique à la main ou à l’avant-pied. la supination de la main correspond à un varus où la paume de la main se dirige vers le haut. La pronation (pour « prendre ») est le mouvement où la paume de la main se dirige vers le bas (similaire à un mouvement en valgus extrême.
 

PLAN TRANSVERSAL

 
C’est le plan qui coupe le corps transversalement, correspondant au plan de la ceinture, mais placé plus ou moins haut du corps humain. On différencie:
 
• La rotation interne
 
• La rotation externe
 
La rotation concerne deux éléments anatomiques différents (2 os différents par exemple). Par exemple, le fémur tourne en rotation interne ou externe par rapport au bassin.
 
La torsion est un mouvements de rotation au sein du même os, entre ses deux extrémités. Par exemple, une torsion fémorale excessive signifie que la torsion entre les extrémités supérieure et inférieure du fémur est au dessus de la normale.
 

PLAN SAGITTAL

 
C’est le dernier plan qui correspond au plan vertical qui coupe le corps humain en long, de haut en bas et d’avant en arrière. On différencie les déformations en:
 
• Flexum/Extension. Ces termes s’appliquent aux articulations, le flexum correspondant à une flexion articulaire, l’extensum à une extension.
 
• Procurvatum/recurvatum. Cela s’applique aux déformations au sein d’un os, le procurvatum correspondant à une flexion (ou flexum) dans l’os, le recurvatum à une extension (ou extensum) au sein de l’os.
 

 

POSITION

 
Les lésions peuvent être situées:
 
• Au niveau de l’articulation. La déformation empêche un mouvement complet de l’articulation. Par exemple une déformation en flexum du genou empêche d’obtenir une extension complète du genou.
• Au niveau de l’os. Elles peuvent siéger au niveau de l’épiphyse, de la métaphyse, de la diaphyse, voire être étagées et combinées
 

Figures ci-dessus de gauche à droite : 1) genu recurvatum de 20° (recurvatum du genou); 2) debout on a une fausse impression de genu (genou) varum; 3) quand on corrige le recurvatum et que l'on met les genoux en extension à 0° (et non pas en hyperextension ou recurvatum à 20°), le genu varum se corrige spontanément: il s'agit donc d'un faux genu recurvatum; 4) Sur la radiographie, on voit une origine mixte au genu recurvatum: il y a un recurvatum tibial de 10° (angle B à 90° au lieu de 80°), auquel se rajoute un recurvatum articulaire de 10°. Un correction osseuse sur les tibias corrigera en grande partie l'anomalie.
Toutes les déformations doivent être analysées dans les 3 plans de l'espace, à chaque niveau de déformation. Les corrections, dans la mesure du possible, doivent être faires au niveau des déformations et doivent être bien planifiées pour permettre une correction complète ou sub-complète

Figures ci-dessus de gauche à droite : 1) genu recurvatum de 20° (recurvatum du genou); 2) debout on a une fausse impression de genu (genou) varum; 3) quand on corrige le recurvatum et que l’on met les genoux en extension à 0° (et non pas en hyperextension ou recurvatum à 20°), le genu varum se corrige spontanément: il s’agit donc d’un faux genu recurvatum; 4) Sur la radiographie, on voit une origine mixte au genu recurvatum: il y a un recurvatum tibial de 10° (angle B à 90° au lieu de 80°), auquel se rajoute un recurvatum articulaire de 10°. Un correction osseuse sur les tibias corrigera en grande partie l’anomalie.
Toutes les déformations doivent être analysées dans les 3 plans de l’espace, à chaque niveau de déformation. Les corrections, dans la mesure du possible, doivent être faires au niveau des déformations et doivent être bien planifiées pour permettre une correction complète ou sub-complète

ASSOCIATION DE PLUSIEURS DÉFORMATIONS OSSEUSES

 
Les déformations osseuses peuvent être associées au sein du même os, de plusieurs os, ou encore associer une ou plusieurs déformations osseuses avec une ou plusieurs déformations articulaires.
 
Parfois, dans les hyper torsions fémorales avec le même type d’anomalie en genu varum, en cas d’hypoplasie relative du condyle latéral, on pourra avoir un défaut d’enroulement du condyle latéral, ce qui conduira à une ouverture de l’angle entre les deux facettes de la rotule, donc à un risque de luxation ou à une subluxation latérale de la rotule. La rotule « bavera » sur le côté du condyle.
 
Bien évidemment, ces variations anatomiques du tissu osseux et des articulations s’accompagnent souvent d’anomalie des tissus mous, par exemple d’une hypoplasie du vaste médial du quadriceps (faisceaux du quadriceps qui se trouve sur la partie interne et supérieure du genou). Une évaluation rigoureuse des anomalies anatomiques et fonctionnelles en cause dans tout trouble d’axe permettra de réaliser le traitement adapté au cas particulier, comme du « sur-mesure », associant corrections osseuse et des tissus mous.