case-studies

Les Résultats

Le Dr Guichet fais faire après l’opération de 20 à 30 minutes de vélo à chacun de ses patients.
 
Le Dr Guichet fais tout son possible pour vous aider chaque patient a gagner de manière sure autant de cm qu’il le rêve. Pour cela, les équipes du Dr Guichet monitoreront précisément vos paramètres biologies.
 
Certain patients ressentent très peux de douleur et prennent moins d’anti-douleurs que d’autres patients. Votre niveau de douleur dépendra principalement de votre participation active aux entrainements musculaires. Généralement grace aux entrainements personnalisés, le niveaux de douleurs sont relativement bas.
 
Les patients le souhaitant arrivent à travailler professionnellement quelques heures par jours. Le repos est essentiel pendant l’allongement et les assistant personnels seront d’une grande aide pendant cette période. Nous avons pour conviction que l’allongement ne mette pas en pause votre carrière.
 
Avec le contrôle et le programme instauré par le Dr. Guichet, le gain est obtenu bien plus vite qu’avec les techniques concurrentes: 4.4 cm en un mois et 7.7 cm au bout de 2 mois.

1. FEMME, 27 ANS, 1.48 M, + 92 MM

Fémurs … +92 mm, souplesse près ablation des clous…

Fémurs … +92 mm, souplesse près ablation des clous…

ALLONGEMENT (2 FEMURS) POUR PETITE TAILLE CONSTITUTIONNELLE, FEMME, 27 ANS, 1.48 m, + 92 mm

Alors, « Docteur, ne pourrais-je jamais grandir ? N’y a-t-il vraiment aucun moyen pour que je gagne quelques petits centimètres ? ». « Non, hélas, et il faudra bien vous accepter ainsi, vous avez d’autres qualités… »

Voilà la réponse qu’on obtient auprès de notre médecin traitant ou d’un endocrinologiste consulté. J’en ai moi-même souffert. Durant plus de 10 ans, depuis mon adolescence, j’ai cherché, cherché, consulté untel, puis un autre, sans succès. J’étais persuadée qu’a l’ère des navettes spatiales, on pouvait guérir ce mal (peut-être lisais-je trop de science-fiction).

Puis, j’ai fait des études de médecine, j’ai alors continué à m’informer auprès de divers spécialistes de mon CHU. L’endocrino: « non », le prof d’anatomie : « non », le chirurgien général « non ». Je demande ensuite à monsieur le professeur orthopédiste chef de service :
-moi :« comment allongez-vous l’os dans les cas d’inégalité de longueur des jambes ?
-lui : avec un fixateur externe
-moi : alors on peut le faire pour les 2 côtés : çà permettra d’augmenter sa taille !
-lui : non, surtout pas, c’est une intervention trop lourde et risquée pour simplement faire grandir une personne qui est par ailleurs normale . Il faut vous ôter cette idée de votre tête ».

Je fus malheureuse de cette réponse et en même temps heureuse car c’était un espoir puisque je savais désormais qu’un instrument chirurgical existait. Alors, je vais voir un autre orthopédiste du même service, un jeune médecin étranger, et lui demande « qui, ici au CHU opère les inégalités de longueur des membres inférieurs, puisque j’arrive à la fin de mon stage d’orthopédie et je n’ai toujours pas vu telle opération ? ». Lui « ah, mais c’est en chirurgie pédiatrique, car cette opération concerne uniquement les enfants ». Super, une info de plus. J’attends alors de passer mon stage de chirurgie pédiatrique. Je rencontrais plus tard le chirurgien d’orthopédie infantile, le Pr L. Je lui fais part de ma souffrance, il me montre alors sur des jeunes patients du service combien cette opération est lourde, douloureuse, longue et risquée. Malgré ma demande insistante, il refuse. Je vais alors voir un chirurgien en ville. A ma surprise ce dernier accepte, bien qu’il n’ait jamais fait cette opération de manière bilatérale. Je n’étais pas inconsciente et j’avais de bonnes connaissances médicales pour savoir que les choses se seraient mal passées, car il ne suffit pas de se faire opérer, de voir le fixateur autour de ses membres, il y a toute une partie rééducation et suivi rapproché qu’il n’aurait pas assuré sérieusement. Je l’ai donc immédiatement abandonné. Je continuais mes longues études, mais cette idée ne sortait pas de ma tête. Alors je suis allée voir un chirurgien à Paris (car la chirurgie à Paris, c’est le top !), un professeur, que j’ai consulté plusieurs fois et qui finalement, étais prêt à accepter et m’a donné les coordonnées de patients qu’il a opérés d’allongement bilatéral. Je les ai visité et bien qu’ils avaient des séquelles, j’étais déterminée à aller le revoir pour fixer une date opératoire. C’était, vues toutes ces années qui passèrent, à la fin de mes études médicales !!

Je gardais pourtant contact avec le Pr L, car j’appréciais en lui de nombreuses qualités. Il admettait bien que j’avais besoin de cette chirurgie mais il voulait que les choses se passent bien, car je n’avais aucune maladie osseuse, simplement une taille un peu au-dessous de la normale, une complication aurait donc été bien dommage (balance bénéfice / risque). A la fin de mes études, c’était en 1997. C’est alors qu’il m’apprit qu’une nouvelle méthode, beaucoup moins dangereuse, et donc plus acceptable pour un adulte (et oui, j’avais beaucoup grandi en années mais pas en cm), était validée : il s’agit d’un clou interne, mis au point par un jeune chirurgien brillant : le Dr Guichet, alors au CHU de Nancy.

Sa méthode est actuellement la meilleure. J’ai été opérée par lui il y a maintenant 4 ans. L’allongement a duré 2 ½ mois, période pendant laquelle j’ai fait ma rééducation au Centre de réhabilitation fonctionnelle à Nancy. Je suis rentrée chez moi 2 ou 3 semaines après, sans cannes. J’ai repris le travail 2 mois après. J’ai gagné 8 cm, les résultats sont excellents, je n’ai eu aucune séquelle et en suis heureuse.

Ma souffrance du handicap a été grande, et mon chemin pour arriver au Dr Guichet a été long. Pourtant, je constate qu’aujourd’hui encore les patients sont mal informés. Je travaille maintenant dans un autre CHU et lorsque je demande naïvement s’il y a un moyen de grandir, on me répond toujours « non » ou « oui, c’est le fixateur externe ». Incroyable, alors que le clou interne a fait preuve de son efficacité et de ses avantages! Quelle désinformation ! Ils sont écœurants ces chirurgiens qui ne parlent que de leur ancienne méthode et veulent garder les patients pour eux, même si un de leur confrère peut offrir des prestations plus honnêtes. On comprend qu’à leur tour les généralistes ne soient pas au courant. J’ai vu l’an passé une émission sur M6 traitant de la chirurgie d’allongement : le chirurgien invité n’utilise que le fixateur externe, les gens n’ont donc même pas été informés du clou interne. C’est désolant de voir aujourd’hui les patients orientés vers le fixateur externe qui est désormais une méthode barbare. C’est pourquoi j’ai créé cette page : informer.

2. HOMME, 1.78 M, +55 MM (2 FEMURS)

Cicatrisation lente avec nécessité de greffe. Vous voyez l’espace entre les os qui se comble lentement, et qui est ponté par de l’os (fin liseré en bordure du clou à sa droite). Cependant, cette ossification n’est pas suffisante pour ‘protéger’ le clou et éviter un risque de fracture. Une greffe percutanée a été réalisée (incision de 6 mm de long), et la patient a parfaitement cicatrisé. Il avait été informé du risque d’opération supplémentaire et le résultat final n’a pas été modifié : il est excellent et les clous ont été enlevés ensuite!

Cicatrisation lente avec nécessité de greffe. Vous voyez l’espace entre les os qui se comble lentement, et qui est ponté par de l’os (fin liseré en bordure du clou à sa droite). Cependant, cette ossification n’est pas suffisante pour ‘protéger’ le clou et éviter un risque de fracture. Une greffe percutanée a été réalisée (incision de 6 mm de long), et la patient a parfaitement cicatrisé. Il avait été informé du risque d’opération supplémentaire et le résultat final n’a pas été modifié : il est excellent et les clous ont été enlevés ensuite!

ALLONGEMENT CAR IL EST CONSIDERE COMME LE ‘NAIN’ DE LA FAMILLE, DANS UN PAYS NORDIQUE, HOMME, 1.78 m, +55 mm (2 FEMURS), 3 OPERATIONS EN TOUT

Je suis un ancien patient du Dr Jean-Marc Guichet à Nancy, en France. J’ai été opéré le 12 Juillet 2002. Le clou Albizzia est un dispositif entièrement implantable. Cela signifie qu’il n’y a pas de broches traversant la peau et ainsi le risque d’infection est très faible et la vie quotidienne est plus facile après la chirurgie. En outre, les cicatrices (les plus importantes étant de 6 cm de long) sont aussi petites que possible et ne peuvent pas grandir.

L’intervention chirurgicale elle-même n’est pas un problème puisque vous dormez profondément. Espérons-le! Les 2 ou 3 heures après l’opération j’ai eu une douleur, même si elle était supportable. La première semaine après la chirurgie est certainement la période la plus délicate, car la plupart des mouvements des membres inférieurs sont extrêmement difficiles et parfois douloureux et vous vous sentez en général très faibles. On ressent d’étrange sensations entre la partie inférieure et supérieure des fragments d’os, on se sent bizarre quand les muscles sont détendus. Cependant, quand vous êtes debout ou que vos muscles ne sont que légèrement contractés, les genous sont bloquées et il n’y a pas de rotation possible. Les clics commencent cinq jours après la chirurgie. Pour moi, je peux dire que je n’ai jamais eu de douleur au moment des clics. Les clics premiers sont cependant une épreuve psychologique : on entend un claquement sonore qui sort de ses os! Les mouvements nécessaires pour effectuer les clics sont décrits en détail sur la page d’accueil du Dr Guichet.

Le cinquième jour, je pouvais me lever pour la première fois alors que j’avais presque plus de force musculaire dans les cuisses. Randonnée pédestre aux toilette et le retour au lit était aussi difficile que l’ascension du Mont Everest. Les longues marches ne sont possibles que sur des béquilles. Au cours des deux premières semaines je pouvais seulement marcher avec les jambes complètement étirées, sans flexion du genou. Dans les dernières semaines je pouvais marcher avec une légère flexion du genou. Un retour à la vie quotidienne est facilement possible au cours de la période d’allongement, mais cela dit, la marche est extrêmement pénible et si vous avez quelqu’un qui s’occupe de vous de temps en temps, vous ne serez pas prêts à marcher davantage que 30 mètres par jour. Pendant les 5 premières semaines après la chirurgie, j’étais très dépendantes des autres personnes pour la nourriture etc Au cours des deux dernières semaines, cependant je pouvais aller faire des courses, seule, au volant de mon véhicule. Une fois que les clics quotidiens ont été arrêtés (après 7 semaines ou 4,5 cm de gain), je suis resté à Nancy pour 10 autres jours et ai travaillé dur pour reprendre un style normal de marche dès que possible. Quand je suis ensuite retourné à la maison après 8 semaines et quelques jours, je marchais mieux, sans béquilles, mais en claudiquant un peu. Il m’a fallu encore 2 semaines pour aller faire du shopping dans ma ville pour la première fois après la chirurgie, sans regards des autres, mais avec des petites douleurs musculaires après 2 heures de marche. Maintenant que je vous écris cela, on est en Octobre et il y a des jours où je me promene 8 heures par jour. Je peux aujourd’hui marcher autant qu’avant l’intervention – mais de 4,5 cm plus haut! Ce que je ne peux toujours pas faire, c’est la course ou le sport, mais je suis déterminé que ca reviendra aussi dans quelques temps. Depuis ma sortie de la chirurgie, j’ai senti mes jambes progresser chaque jour. Un progrès qui est très petit, mais suffisamment gros pour le sentir de façon claire et la bonne chose est : ça continue et ne s’arrêtera pas avant d’avoir retrouvé 100% de ma forme initiale.

Je dois dire merci à Jean-Marc Guichet qui est certainement l’une des personnes les plus magnifiques que j’ai jamais rencontrée dans la vie. Depuis que je l’ai rencontré pour la première fois et en particulier pendant la période LL Il ne m’a jamais laissé tomber et était disponible sur son cellulaire 24 heures par jour. Je l’ai même appelé un dimanche, une fois, je pensais que le mécanisme de cliquet ne fonctionnait pas. Je me sentais très embarrassée, mais il m’a dit que j’avais le droit de l’appeler pour être à jour tout le temps. 30 minutes plus tard, il est venu à mon appartement loué. En outre il n’y avait que quelques jours ou il n’est pas venu pour me soigner. La communication entre lui et ses patients est très détendue et naturelle. Il se comporte davantage comme un ami que comme un médecin.

Enfin, je dirais que tous les traitements LL sont lourds et tout le monde doit vérifier si son problème de hauteur n’est pas lié à d’autres problèmes dans la relation ou la famille. Vous devez être à 100% déterminé. Sinon, vous risquez d’obtenir une dépression nerveuse en plein milieu du traitement. Si quelqu’un doit être déterminé à avoir une chirurgie LL, je recommande vivement le Dr Guichet, sa méthode est à mes yeux la plus sûre, la plus rapide et la moins exigeante.

3. FEMME, 30 ANS, 1.53 M, +70 MM

tem_03

ALLONGEMENT (2 FEMURS), FEMME, 30 ANS, 1.53 m, +70 mm

J’ai 30 ans, j’ai été opérée en 2006 d’un allongement osseux par le docteur Guichet. Quelques mois plus tôt, j’étais tombée par hasard sur une émission de télévision qui traitait de l’allongement osseux en Chine. L’émission était assez peu rassurante car les personnes opérées avaient des sortes de cages de fer entourant leurs jambes. Un appareillage aux allures de machine de torture pas rassurant du tout! Pourtant, j’ai été fascinée car, pour la première fois, j’apprenais qu’il était possible de faire grandir chirurgicalement des personnes! Je n’avais jamais imaginé qu’une telle chose serait possible un jour!

Aussi, j’ai aussitôt recherché des informations sur Internet. Je m’étais dit qu’il fallait sans doute attendre quelques années que la technique arrive en France et qu’elle soit si possible améliorée. En effet, les patients (le plus souvent des patientes) que j’avais vu dans l’émission semblaient beaucoup souffrir. Et surtout, ils étaient nombreux à subir des dégâts importants, se retrouvant avec des jambes arquées, déformées. Pour moi, une chose était certaine: il était hors de question de prendre de tels risques même si mon envie de grandir était immense! C’est pourquoi, j’ai été stupéfaite en effectuant mes recherches de découvrir que non seulement il existait une technique beaucoup moins risquée et qui plus est, pratiquée par un chirurgien orthopédique français!

J’ai passé des heures à «écumer» littéralement le net en lisant et relisant toutes les informations possibles sur la méthode Albizzia. J’ai compris qu’il s’agissait non pas d’un appareillage énorme entravant les os des jambes et muni de vis sortant des os qu’il faut tourner dans un sens ou dans un autre 4 fois par jour avec tous les risques évidents d’infection! Non, il s’agissait là d’un clou interne, dont le mécanisme s’enclenche uniquement en pivotant les jambes d’un côté et de l’autre. J’ai tellement lu le site du docteur Guichet que je l’ai quasiment appris par coeur! Puis, j’ai décroché mon téléphone et pris rendez-vous. Arrivée dans le cabinet du docteur Guichet, ce dernier m’a expliqué longuement l’opération elle même, son coût et les risques qu’elle comporte. Il m’a aussi examinée et m’a dit que dans les meilleurs des cas, je pouvais espérer prendre les 7 cm dont je rêvais. Mais qu’une préparation physique intense devait être entreprise. Le programme de musculation est prévu afin de muscler le plus possible les cuisses. En effet, ces muscles fondent jusqu’à perdre la moitié de leur force après l’intervention! D’où la nécessité de se muscler en prévision de cette fonte musculaire, afin de faciliter le plus possible la reprise normale de la marche. J’ai aussi consulté un psychiatre pour qu’il s’assure que j’étais bien consciente de mon choix et dans un état psychologique adéquat.

Durant les deux mois qui ont suivi l’intervention, je suis restée sur place, louant un petit studio équipé. Les jours suivant immédiatement l’intervention, j’ai eu des douleurs modérées ressemblant à des élancements, des tiraillements musculaires. J’ai aussi perdu un peu l’appétit, sans doute du fait des médicaments. De ce fait, ajouté à la «fabrication» de l’os qui j’imagine consomme beaucoup d’énergie (comme un adolescent en période de croissance, mais en beaucoup plus vite) j’ai beaucoup maigri, mais sans excès car j’étais un peu forte. Par la suite, j’ai peu à peu repris la marche, d’abord quelques mois avec des béquilles, puis normalement.

Je dois préciser que je me suis remise complètement de l’intervention.
Presque deux ans après l’intervention, mes clous m’ont été retirés. Ensuite, j’ai repris les béquilles, peut-être deux ou trois semaines. Et depuis, je revis! Le coût très élevé a nécessité pour moi d’importants sacrifices financiers, c’est la plus importante dépense que j’ai faîte de toute ma vie mais je ne regrette rien! Je n’avais pas espéré être «grande» à proprement parler mais je voulais ne plus être très petite, je voulais être de taille moyenne, je voulais avoir une silhouette plus conforme à mon «image corporelle». C’est désormais chose faîte. Le plus fort c’est que je n’éprouve même plus le besoin de mettre des talons, c’est bien la preuve que plus que les centimètres, c’est l’allure générale, l’image corporelle que je voulais modifier. Je suis passée de 1m53 à 1m60. J’ai la même taille que la plupart des femmes qui m’entourent. Petite, j’avais beaucoup souffert de sarcasmes et de moqueries sur ma taille. Des personnes qui ont un complexe physique comme une absence de poitrine pour une femme ou de cheveux pour un homme font appel à la chirurgie esthétique. L’une de mes amie s’est fait retendre la peau de son ventre tombant après une grossesse, une opération risquée et pourtant bien admise socialement. Pourquoi n’en serait-il pas autant pour la taille?

Personnellement, ma santé compte plus que tout. Si j’ai fait cette opération, c’est en mesurant très soigneusement les risques et en prenant soin de choisir un chirurgien parfaitement connaisseur de cette technique et après avoir rendu visite aux autres patients opérés par lui. La liberté d’une personne à disposer de son corps en toute conscience et connaissance de ce qu’elle fait est à mes yeux primordiale. Je me sens enfin bien dans ma peau. La meilleure preuve en est que j’ai complètement oublié l’opération! Et les personnes à qui je me confie aujourd’hui à ce sujet (et qui ne m’ont pas connues avant) sont sidérées de l’apprendre!

4. FEMME, 22 ANS, 1.44 M, +94 MM

tem_04

ALLONGEMENT (2 FEMURS), FEMME, 22 ANS, 1.44 m, +94 mm

My 9.4cm with Dr. Guichet

I have always wanted to be taller as I am a very short individual and so my research for LL started about 7 years ago when I first discovered that such an operation exists. At the time there was Swings board—not sure if any of you know it but it had a variety of very useful information with past patients, just like this site but at the time it was very active.

On there I started researching about all the different methods and the different doctors performing them. After a lot of reading, I narrowed it down to Dr. Guichet and Dr. Paley. I emailed both and soon after I scraped off Dr. Paley for a couple of reasons. Firstly he told me that 5 cm is the maximum he would allow and secondly if I were to do the operation with him then I would have to use a wheelchair for a few months before I moved onto crutches. This of course is unacceptable to me as I wanted to be on my feet as soon as possible with as much gain as I can get.

Ever since then, I have focused on Dr. Guichet’s method as I found him to be the best and most competent doctor for this type of surgery. As you know, this isn’t a small procedure and to make sure you have the least possible risk you must choose 1) an excellent method and 2) an even more excellent surgeon. To me the Albizza method and Dr. Guichet best covered the criteria.

Once I knew where I wanted to have my surgery, I started planning when I was going to do it, which wasn’t easy since I was studying at the time and I didn’t want to take noticeable time off and have people find out what I was doing. I had to postpone my plans several times for personal reasons and finally I was able to go for a consultation.

I met with Dr. Guichet and he spent quite some time explaining the procedure, the mechanism and any questions that I had. One of the things he told me was that it’s important to build up my muscles to prepare myself for the surgery as it will help with the lengthening and the recovery. And so I spent a year before my surgery going to the gym and building my muscle mass. I did that for on and off a year and I was able to build quite a bit of muscle which I’m happy about!

Anyways fast forward to surgery time. I was finally able to find the time and schedule my surgery. When I arrived to France I had all the blood work with me that Dr. Guichet required and I had 3 cybex tests done—one before my training, one half way during it and one right before the surgery and you can see the progress of my muscle increase on there. You don’t need to do 3 cybex tests but I happened to do 3 because my plans kept getting postponed after I did the cybex.

Additionally I had brought with me plenty of DVDs to keep me entertained and of course my laptop. I saw him twice before the surgery, one of which I had to sign some papers. Before my surgery I saw an anesthesia doctor that examined me to make sure I will have no problems with the anesthesia. You actually receive a general anesthesia right before the surgery and an epidermal—the epidermal being first. And that was it, I was all set for the surgery.

THE OPERATION

I was admitted to the hospital the night before and I had to take a shower with beta dine that night and the next day in the morning right before the surgery. The day of the operation had finally come! I wasn’t nervous at all, even when they came and took me to the operating room. All these years that I had done my research and dreamed of this moment has finally arrived, I was happy!! Once in the surgery room, I passed my Dr. Guichet and he smiled at me and patted my shoulder telling me everything’s going to be great, which reassured me. I was wheeled further into a room where my Dr. Louge-the anesthesia doctor- and another were there. They had me sit up and they gave me the epidermal. For the first time I started feeling a bit nervous, my legs started shaking and I couldn’t control them! After that they laid me down and gave me the general anesthesia, I was out in less than 10 seconds.

Next thing I knew I woke up in my room and I remember the nurses putting a shirt on me, it was kind of fuzzy but that day I had absolutely no pain at all. I even had to look at my legs a couple of times to check if they had operated on me or not!! I guess it was all the morphine and medicine that made me feel nothing. That night I was able to sleep for a bit.

The next day I woke up feeling alright. At about 8 am a nurse came in gave me my medicine and my breakfast. The nurses there are very nice, even though only one of them spoke English the rest were still very nice and helpful. Later that day Dr. Louge came to check on me, she told me that I took the anesthesia very well and there were no problems at all. Some time later Dr. Guichet came with 2 booklets in his hand. One had descriptions of several exercises which I’m supposed to do everyday and the other was a logbook where I had to write down the number of clicks I do everyday along with the time I did them, the pain I felt if any and how many minutes it took me to perform them.

He told me the surgery went well, there was little blood loss and everything was good. He gave me 7 mm during the operation which is equivalent to 105 clicks. He then proceeded to show me the exercises that I was supposed to do and that was the first time I felt pain after the surgery. And I think it was partly because I had just come out of surgery thinking that my legs are the most fragile things in the world and all of a sudden I had someone pushing them all the way to my chest! It was quite scary and painful but I have to admit I was glad he did that because when I went to my hotel I wasn’t scared to stretch them hard coz I knew it is possible to do. After that he showed me how to do a click and then had me do 5 mins of bike. He left after and told me he would pass by the next day.

Second day post-op I had very little pain, even though I had a morphine pump right next to me, I barely used it throughout my hospital stay. Dr. Guichet came again and answered my questions, spent some time with me and left. That day I was able to do 30 mins on the bike.

On the 3rd day post-op I woke up, had my breakfast and one of the nurses came and changed my dressings. At about 3.00pm I was ready to leave the hospital. Walking on the walker was very tiring. Although I had gone to the gym and built up my leg muscles, I completely didn’t pay any attention to my arms, and so they were hurting since I wasn’t used to carrying my body weight on my arms-which is something I recommend everyone who is doing the surgery to do. Anyways once outside the taxi arrived however it was a van taxi—which leads me to the second point to suggest—make sure u always order a small taxi!!!! Just a regular sized car because the van taxis have high seats and it is very difficult to get up to-I had a hard time getting on that seat.

Once I finally arrived to my hotel, again I had a hard time walking since not only my arms hurt but my hands too from all the pressure on them. That day I relaxed for a few hours and started doing my exercises.

DAILY ROUTINE

My first 2 weeks after surgery were the toughest because it was hard to do simple things such as brush my teeth without feeling like I had to sit down after 2 mins. One of my parents was with me during the first 15 days and it was a big help. At first it was hard lowering myself onto the toilet and once I did I needed someone to help me get up. Also I couldn’t sleep well at night- a lot of the times I found myself staring at the ceiling hoping I would sleep again. You can only sleep on your back at the beginning because it’s not comfortable being on your side, but after some time its fine. However every day gets better and you improve drastically. After 2 weeks I was able to do everything on my own, even cook—but for that I would put a chair next to the stove coz it’s hard to stand up all the time. And from there on life pretty much became a routine.

Dr. Guichet gives you an option where for an additional price, you’ll get 4 personal trainers that train with you for 2.5 hours in the morning and 2.5 hours in the afternoon Monday-to Friday and Saturday morning. I did that, so everyday I had someone come to me in the morning and afternoon for 2.5 hours where each session consisted of :

1) bike: I did 15 to 60 mins in one go depending on how I felt, but on average I did an hour and a half of biking a day

2) exercises: I went through one set of exercises with them each time, which took approx 45 mins, sometimes more. Each set included about 8 exercises at first but as time passes you keep adding more since you’re stronger and can do more.

3) Compex/ swimming pool/ walking: at the beginning after the operation, I used to do compex for about the first month and a half. Each time I would do something different, sometimes muscle building, or massage or lymphatic drainage or cappilarization. After, when my scars healed I started swimming in the pool for about 30 mins 3 times a week. And once I started using the crutches, I practiced walking with them with the trainers — eventually I started walking outside on the sidewalk with them for 30 mins a day.

If you want the price of training you should ask Dr. Guichet because I know he recently added some things to this ‘plan’ where there’s a nutritionist that helps you with what foods you should eat, according to your body. But the nutritionist was introduced after I was done so I didn’t have her.

So each day, I’d wake up at 7 am, do my clicks, wash up, have breakfast and wait for the trainers to come. Once they came I’d ride my bike for about 45 mins, sometimes more and sometimes less. I’d then do my stretching exercises which took about 45 mins and I’d finish off with the compex. For those of you that don’t know, compex is an electrical stimulation machine that works your muscles. You can choose different programs such as muscle building, muscle relaxing…depending on how you feel. I’d finish at around 11.30 and after I’d have my lunch. Then I’d take my medicine at 12 pm and relax. Sometimes I’d watch TV, other times I’d go on the internet or watch my DVDs or even nap. At around 2.30 pm, the other trainer would come and so again I’d bike, do my exercises and do my compex. This is what I pretty much did in the first month post-op. Also in the first month, I’d do additional biking and stretching on my own as I found that helped in reducing or eliminating whatever pain I felt. Doing compex or applying an ice pack also helped with the pain.

The pain the first few weeks after surgery is quite manageable, I was surprised coz I expected much more pain that what I felt. You have to know that at the beginning the pain keeps moving from place to place. For example one day it would be on my left lower thigh, the next on my upper right knee

The second month was pretty much the same except I reduced my sets of exercises to just 2—which I did when the trainers came. I also started practicing walking in the corridor with my crutches after I’d finish with my compex. Let me just explain that when you first start using crutches you move with them as if you were hopping, so two legs at a time, and later when your muscles are stronger you start to walk one leg in front of the other. At first it was hard because I didn’t know how to use the crutches and it was painful to move my legs since I hadn’t done so in quite a while. So at the beginning my walk was very slow, but bit by bit it got better until I was able to walk properly with them (one leg in front of the other), which was probably in my 3rd month.

Also in my 3rd month I started using the swimming pool and I started walking outside on a big sidewalk, which was really nice because it was refreshing to see people and cars and just normal life. I felt it helped stretch my muscles more, keeping my flexibility longer. Also swimming in the pool was good for me because I was able to move my legs in all sorts of directions that I could not do while sitting on my bed.

Fortunately I never developed flexion even at the end of my lengthening when I was at 9.4 cm, I had none whatsoever. I feel that the reason for that is because I am a very flexible person, I did gymnastics for many years and my muscles are very elastic. Right after surgery I was able to touch the heel of my leg to my bum and I continued doing that up to 5 cm. Dr. Guichet was very impressed with my flexibility. After that I slowly started losing some flexibility. But about 3 weeks after the end of lengthening I was able to touch the heel of my leg to my bum again!! By then I’d say about 80% of my flexibility was back.

Ratcheting

Ratcheting for me was very easy. At the beginning I didn’t know how to click because I was new to it so I wasn’t sure how I was supposed to place my leg but once I got the hang of it, it was very easy. For me Ratcheting remained easy during the whole lengthening phase. It varies between different people but I was one of the ‘luckier’ ones, and apart from a couple of difficult moments, I had no problems at all.

Here is a little summary on how many clicks I did post-op. I did my clicks at three intervals, 7am, 3pm and 11pm.
During the surgery: I received 105 clicks (which equal 7mm) Week 1: 21 clicks a day (7 at each interval)
Week 2-week4: 15 clicks a day
Week 5- week 10: 12 clicks a day
Week 11- week 12: 10 clicks a day
Week 13- week 16: 9 clicks a day

I did 9.4cm in 16 weeks.

The reason why Dr. Guichet kept reducing my clicks is because I wanted to gain a lot of cm’s. I was aiming for 10 cm and to be able to do that you need to reduce your clicks so that your muscles adapt and you can keep going to higher gains. There was a guy that did the surgery one week after me and from the start he just wanted 6 cm and he clicked 15 clicks a day from the beginning until he got his 6cm. Dr. Guichet keeps adjusting the number of clicks you do according to your potential gain and how much your muscles can handle. There is a girl that also did the surgery while I was there and because she had rapid calcification she did 21 clicks a day for 3 weeks, so I guess it depends on your body.

PAIN

Pain varies a lot. On average the whole experience wasn’t as bad as I had expected it to be. The first 3 weeks there was minimal pain, but again the pain moves- so one day it’s on your right thigh, the next it’s on you left knee, the next it’s on your back thigh so it’s not consistent. But I found that the more gain I did after 4.5 cm the less pain I had. Once I reached 5 cm I had virtually no pain. 6, 7, 8, 9 cm I had NO pain except for the occasional pinch here and there. I asked the trainers about this and they told me that they found that most patients feel most pain between 4-6cm and after that there is barely any pain, even when you go as high as 9 or 10cm.

SCARS

I have 3 scars on each leg, one next to my knee on the side, and 2 more at the top of my thigh/butt also on the side. The ones at the top are very small and very thin straight lines, about 1.5cm each. The one on my knee is a bit longer, id say about 4-5cm but it is a very thin line. The scars fade and become white after some time. I’m really happy about the scars and I’m a girl!!!!!!

SETBACKS

I was unlucky enough to be allergic to the dressing that I used on my scars. It turned out that I’m allergic to the actual glue on the dressing. So I got a rash all over my body and redness around my scars. I treated that fairly quickly but it was definitely a nuisance. Another thing that I had was a hematoma, which is a small internal bruise. I’m not sure why I got it, it could be that I bumped my leg onto something but it hurt for only a day. I did an ultrasound and it turned out to be a small one thankfully. Other than that I had no complications. My back did bend in slightly which is normal with LL but 3 weeks after the end of lengthening it had straightened up to almost just like before surgery.

TIMELINE

So I figure some of you would want to know how long after the surgery I started doing certain things and I’m going to try and remember as best as I can.
Day 0 – operation
Day 1 – started using my walker, started doing the bike and began my daily exercises
Week 5 – started practicing walking on my crutches in the corridor
Week 8- started actually using my crutches whenever I left my room, whether it was to go for a walk or to go to Dr. Guichet but I have to admit I was one of the ‘later’ ones. The guy that did the operation one week after me started using crutches 3 weeks BEFORE me!!!!!!!! I personally was too scared to start early, I preferred to wait a bit longer until I was very comfortable with using them, even though Dr. Guichet himself was telling me to start using them a couple of weeks earlier.
Week 17 – started practicing walking with no crutches or anything in the corridor.
Month 6 – I would use one crutch when I went grocery shopping or wherever. Sometimes I would walk with nothing but I’d have to sit down after 10 mins because my back would start to hurt. Month 7 – I stopped using crutches at all and started walking everywhere with no support. But I had a noticeable wobble Month 8 – my wobble became less noticeable
Month 9 – my wobble is almost gone, not many people can notice it other than myself

And every month after my wobble would become less and less until it went away. During my time in Marseille, I was able to shop, go to the beach, watch a ballet and go to several restaurants, I’m not sure there are many other methods that will let you do that. I truly believe this is the best and safest method of LL for this type of procedure.

This is pretty much the summary of my experience as best as I can remember it. I have not mentioned certain aspects of the surgery such as costs or excuses I came up with to leave my country for so long, and I would appreciate if you people don’t ask me such questions. I’m trying to be informative about the surgery itself and not any other external issue. Everything else you can pretty much get off this forum.

And now all I can say is that I’m verrrrrrrry happy to have done this. I have been dreaming about this for yearsss and finally I got to do it and do it well. I feel my results wouldn’t be as good as they were had I chose another method, but from the start I had my mind set on albizza. I feel that Dr. Guichet is an excellent doctor that knows exactly what he’s doing—he invented this method!!! So he definitely knows his stuff—and knows it well. He used to monitor my progress every single week and gave me his cell phone in case I ever needed to call him. He has this method perfected, with recovery times shorter than other procedures. He is a genius and I am very grateful to him.

Anyways I know this is a long post, but I just wanted to give back to the community that I learnt so much from and hopefully people will find my experience useful to them.

5. FEMME, 19ANS, 1.42 M, +8.0 CM

ALLONGEMENT (2 FEMURS), FEMME, 19 ANS, 1.42 m, +80 mm

2008. Je m’appelle Aurore Callewaert, j’ai 19 ans. Il y a moins d’un an, je me suis faite opérer par le Dr Guichet d’un allongement bifémoral. Je mesurais alors 1.42 m. Outre les sarcasmes quotidiens à l’école, au collège, au lycée, j’étais également gênée dans les actes de ma vie quotidienne. Après 4 heures d’intervention chirurgicale, je me suis réveillée ‘en forme’ souhaitant commencer ma rééducation. Ce fut chose faite dès le lendemain quand j’ai enfourché le vélo d’appartement… pour atteindre les 8 cm tant convoités. La préparation intensive a permis d’atteindre cet objectif…

term_05.fw

Deuxième photo: Aurore, au centre, en bas
Troisième photo: Souplesse retrouvée…

6. FEMME, 33 ANS, +60 MM

tem_06

ALLONGEMENT (1 FEMURS) + CORRECTION D’AXES (TOTAL 4 OPERATIONS), FEMME, 33 ANS, +60 mm

Mon Histoire à moi ! Je suis mariée, j’ai 2 enfants et j’ai 33 ans.

Tout a commencé à Madagascar, en 1988, en voiture, sur une route chaotique de mon beau pays. Soudain l’accident ; le conducteur, décédé, et moi dans le coma et de multiples fractures. Ma jambe gauche a particulièrement souffert et le chirurgien malgache a fait bien des prouesses avec le matériel local pour rafistoler au mieux mon fémur et mon tibia avec plaque, vis, broche… Mon humérus restera en deux morceaux. Le résultat : une jambe gauche plus courte que la droite de plus de 6 centimètres.

Les médecins voulaient me prescrire des chaussures orthopédiques avec une semelle compensée à l’extérieure. Ma coquetterie me fit bannir cette proposition et j’optai définitivement, du moins le pensais-je à l’époque pour des chaussures montantes, dissimulant avantageusement une semelle intérieure de quelque centimètres, réduisant d’autant ma claudication.

Ainsi déambulais-je durant 14 ans.

Arrivée en France en 1995 je cherchai, sans trop d’illusion, un miracle de la civilisation occidentale me permettant de retrouver une longueur de jambe et une démarche normale, sans grand succès, et, oh miracle, en 2001, avec la venue du nouveau siècle, je fus mise en relation avec le docteur Guichet.

Grâce à lui, nous avons entrepris ensemble MA SIDERANTE METAMORPHOSE

A mon âge, était-il encore possible que les os grandissent. Est-ce que c’est vrai que l’on peut corriger une déformation osseuse suite à un accident ou pour une cause congénitale.

Suite à notre premier rendez-vous, qui a duré plus d’une heure, en avril 2001, le bilan n’était très réjouissant.
– une jambe gauche plus courte de 6 cm
– un fémur et un tibia qui ne sont pas dans le bon axe
– un genou varum

Après un état des lieux précis et un exposé détaillé de tout ce qu’il y a lieu de faire, le planning des « opérations » a commencé qui doit s’étaler sur un an.

Tout d’abord, et ce ne fut que le début, de la kiné pour muscler ma jambe.

Fin mai première, intervention chirurgicale ; retirer le matériel malgache qui était rester là depuis l’accident. Nouvelles séances de kiné.

Fin juin, premier clou dans le fémur. Il s’agit de corriger l’axe de genoux par rapport à la hanche. Au réveil, première appréhension, le tibia et le pied sont rejetés vers l’extérieur. Tout est normal, c’est une étape intermédiaire qui sera corrigé par la suite. Nouvelle découverte, le Centre de Rééducation de la rue Lionnois et la kiné intensive. Arrive les premiers moments difficiles, la fatigue, la séparation avec le mari, les enfants, les pleurs, le découragement aussi. « Dites Docteur, c’est encore long ? »

Fin septembre troisième opération, nouveau clou, on corrige l’axe du genoux au niveau du tibia. Au réveil, ma jambe est droite, c’est le début du miracle, de ma métamorphose. Mais encore Lionnois, la kiné, la séparation, la fatigue et les inévitables moments de découragement, de pleurs, d’envie de tout abandonner, parfois même de regretter… Mais il y a ma volonté inébranlable de réussir, redevenir droite, marcher comme toute et le soutient inconditionnel et sans faille, au combien précieux dans ces moments de faiblesse, de mon mari.

Une opportunité, l’opération finale, peut se faire le 28 décembre. Adieu les projets de réveillon, cette année ce sera cotillon en clinique. Il s’agit de la dernière étape, celle qui consiste en la pose du clou fémorale d’allongement. On retire le premier clou, on casse le fémur en deux endroit et on remet le nouveau clou. Nouvelle découverte, « le clic-clac ». Et c’est parti pour le marathon de l’allongement ; cinq clic-clac matin, midi et soir pour allonger le fémur de 1 millimètre par jour, combien de fois faudra-t-il se contorsionner le genou pour récupérer les six centimètres manquants ? Et la kiné, et la kiné, et la kiné.

Et puis arrive le printemps, les petites fleurs, les chants d’oiseaux, le soleil dans le ciel qui donne envie d’aller courir à pleine jambe, c’est la renaissance, une nouvelle vie qui commence.

Fin mai tout est fini.

Tout au long de l’année, j’ai eu confiance en mon chirurgien. A la fin, j’ai fini mon traitement. Je suis très heureuse. J’ai obtenu un bon résultat. J’ai récupérer tout le longueur de ma jambe, l’axe de genou est corrigé, la jambe est bien droite. Ce n’est pas uniquement pour être belle mais c’est aussi pour ma santé. C’est utile dans ma vie quotidienne de marcher correctement. Bien j’ai consacré une année de ma vie à ces opérations, mais aujourd’hui, face au résultat final j’ai oublié tous les moments difficiles.

Ma vie a beaucoup changé, j’ai redécouvert le plaisir de marcher avec des sandalettes, voir même pieds nus. Tout ça je le dois à mon chirurgien et c’est en toute simplicité et sincérité que je lui adresse là un grand merci. C’était un rêve, le docteur Jean Marc Guichet l’a fait. Avec la volonté, la confiance, la patience, tout peut être soigné.

7. HOMME, 31 ANS, +60 MM

tem_07

ALLONGEMENT (1 FEMURS), HOMME, 31 ANS, +60 mm

Ca y est ! Je prends place dans le TGV Marseille – Lille de 13h40 qui me ramène chez moi dans le Nord en ce samedi 13 septembre 2008 ! Ma cuisse droite est encore un peu douloureuse, un peu raide aussi mais rien de bien méchant. Il est vrai qu’hier, le Docteur Guichet a retiré le clou d’allongement fémoral qu’il m’avait mis en avril 2007.

Je m’installe confortablement dans mon fauteuil, je sors mon ordinateur portable afin de partager avec vous les raisons qui m’ont poussé à subir un allongement fémoral d’une part et comment s’est déroulée mon expérience avec le docteur Guichet d’autre part. En effet, il est très difficile d’obtenir des informations fiables sur ce type d’interventions dans la mesure où la plupart des chirurgiens qui les pratiquent vous diront qu’ils sont les meilleurs et qu’on peut lire tout et son contraire sur Internet…

La fracture

Tout a commencé le 20 mars 1990, alors que je venais de fêter mon quatorzième anniversaire, je me suis cassé le fémur droit lors d’une chute en skateboard. J’ai été opéré le lendemain à l’hôpital de Périgueux. L’opération consistait en placer un clou dans le canal centromédullaire du fémur. Malheureusement, l’opération qui ne présentait pourtant aucune difficulté n’a pas été une réussite : en effet, deux problèmes en ont résulté. Le premier est une rotation interne de la partie inférieure de ma jambe. Ayant constaté cela, j’ai demandé à être transférer dans un autre hôpital, où un autre chirurgien a repositionné ma jambe dans le bon axe. Merci à lui !
Le second problème est que lors de l’opération initiale, le cartilage de croissance situé au dessus du genou a été endommagé. La conséquence fût simple : alors âgé de 14 ans, en pleine croissance, mon fémur droit a grandi moins vite que le gauche. A la fin de ma croissance, vers l’âge de 20 ans, j’avais une différence de longueur d’un peu plus de 5 cm entre les deux jambes que je compensais autant que possible à l’aide d’une talonnette (3cm) à l’intérieur de ma chaussure.

La résignation

A cette époque, j’ai consulté plusieurs chirurgiens orthopédique afin de savoir ce qu’il était possible d’envisager pour rétablir l’égalité de longueur entre mes deux fémurs. Les réponses qui m’ont été apportées ne m’ont pas vraiment enthousiasmé : le premier proposait de raccourcir la jambe gauche ! Ne mesurant qu’1m72, je ne me voyais pas perdre 5cm… Le second chirurgien m’a expliqué qu’il existait bien une technique par fixateurs externes (Ilizarov) qui était employé chez les personnes de petite taille. Cette technique était risquée, douloureuse et je ne récupérerai certainement pas 100% de ma mobilité au niveau de ma jambe droite, sans parler des multiples risques d’infections. Le chirurgien finit par conclure que cette opération n’était proposé qu’à des patients présentant plus de 7 cm d’inégalité et que dans mon cas, il serait plus raisonnable de compenser par une talonnette, voire une chaussure orthopédique faite sur mesure.

Vu sous cet angle, j’ai décidé de suivre son conseil. En effet, étant très sportif, je ne voyais pas prendre de tels risques. J’ai donc continué de porter ma talonnette. Cependant, c’était plutôt gênant à plusieurs titres :
– la dite talonnette ne mesurant que 3cm, il manquait 2 cm à compenser, ce qui engendrait une scoliose qui pourrait avoir des conséquences importantes avec le temps.
– Ensuite, cela m’obligeait à ne porter que des baskets car la talonnette ne rentrait pas dans des chaussures de ville, ce qui était gênant alors j’entrais sur le marché du travail après mon école de commerce.
– Enfin, être pieds nus était inesthétique et inconfortable au possible. Adieu les tongs sur la plage en été…

Qui cherche trouve !

En 2004, alors que mon travail chez Décathlon m’avait conduit jusqu’à La Rochelle, je me suis demandé si les techniques chirurgicales n’avaient pas progressé après ces quelques années écoulées et j’ai donc entrepris des recherches sur internet. Je suis rapidement tombé sur le site du Docteur Guichet qui m’a particulièrement intéressé car il exposait une technique d’allongement par clou centromédullaire totalement interne et les témoignages présents sur le site m’ont donné envie d’en savoir plus.

J’ai donc pris rendez-vous avec le Docteur Jean-Marc Guichet en juillet 2005 qui m’a expliqué en quoi consistait sa technique, les cliquetages, les pré requis, les contraintes diverses, etc… ensuite, j’ai pu rencontrer plusieurs patients en cours d’allongement dont un jeune New-Yorkais de 20 ans qui en était à plus de 8 cm gagnés sur les 2 fémurs. Je pense que c’est la discussion que j’ai eu avec ce jeune patient qui m’a réellement convaincu de la compétence du docteur Guichet et de la fiabilité de sa technique. Cependant, j’ai également compris que la réussite d’une telle opération repose en grande partie sur la préparation et la détermination du patient. C’est essentiel ! Avant l’allongement, il faut s’entrainer pour gagner du volume musculaire. Durant l’allongement, il faut rester à proximité du chirurgien (à l’hôtel si comme moi on habite à l’autre bout du pays) pour que le docteur Guichet s’assure que les cliquetages sont correctement faits et intervenir en cas de difficulté, suivre un protocole d’exercices de musculation et d’étirements rigoureux.

La date était donc fixée : le 18 avril 2007, je me ferais opérer. D’ici là, je m’entraine 2 fois par semaine dans une salle de musculation suivi par un coach avec un programme spécifique. Je dois gagner de la puissance et du volume musculaire.

Jour J

L’opération s’est très bien déroulée, le chirurgien ne s’est pas trompé de jambe (rires) !! Le réveil n’est pas douloureux dans la mesure où l’anesthésiste cumule une anesthésie générale et une péridurale qui permet l’injection d’anti douleurs à la demande après le réveil. Le docteur Guichet passe me voir dans la chambre pour m’expliquer comment s’est passé l’opération et me montrer comment faire les cliquetages. Le jour même, le kiné passe dans ma chambre avec un vélo d’appartement : 20 mn de vélo !

Les cliquetages

Ce n’est normalement pas douloureux si on parvient à être parfaitement décontracté musculairement. Je devais faire 7 cliquetages, 3 fois par jour (gain 1.5 mm) puis diminuer à 15/jour. Je n’ai pas compris de suite comment faire les cliquetages seuls. J’ai alors eu des difficultés à cliquer certains moments. J’ai dû appeler le docteur Guichet à plusieurs reprises pour qu’il passe à mon hôtel pour m’aider. Il a d’ailleurs fait preuve d’une grande disponibilité à ce moment là. Malheureusement ou heureusement, je ne sais pas, ma calcification était très rapide. J’ai donc eu de grandes difficultés à cliquer au bout d’une vingtaine de jours. Le cliquetage devenait très difficile et douloureux et psychologiquement c’était éprouvant. Finalement, le docteur a décidé de me faire un grand nombre de cliquetages sous anesthésie générale. Le 11 mai, je suis donc retourné à l’hôpital pour cette anesthésie. Le docteur m’a fait 75 clics soit un allongement de 5mm d’un coup. Autant dire que le réveil a été rude. Néanmoins, dès le soir, j’ai pu cliquer très facilement sans aucune douleur en laissant ma jambe se décontracter lentement. Je n’ai plus eu aucune difficulté pour cliquer jusqu’à la fin de mon allongement.

Les exercices

Durant la phase d’allongement, il est primordial de bien suivre le protocole d’exercice préconisé par le chirurgien qui est très complet et requière beaucoup de motivation. Certaines personnes peu sportives peuvent souhaiter être suivies par un coach personnel. J’ai pris un abonnement à une salle de sport proche de mon hôtel où j’allais faire mes 2 heures de vélo d’appartement quotidiennes. Je recommande le lecteur MP3 car c’est un peu monotone ! Dans mon hôtel, il y avait une piscine où j’allais nager tous les jours, c’était plutôt agréable. Enfin, comme mon allongement ne concernait qu’une seule jambe, j’étais suffisamment mobile pour prendre le bus jusqu’à la plage du Prado et me baigner.

Le retour

Après un mois et demi passait à Marseille pour mon allongement, j’ai enfin pu rentrer chez moi début juin. Une fois l’allongement terminé, il faut laisser le temps à l’os de se solidifier. J’ai marché avec une seule béquille pendant 10 jours environ puis sans béquille. Pendant l’été, j’ai continué les exercices d’assouplissement, la musculation, l’électrostimulation, la natation. 6 mois après l’opération et une radiographie de contrôle, j’ai repris tous les sports (course à pied, skateboard, VTT sans aucune difficulté. La présence de la broche entraine simplement une légère gêne au niveau de la fesse dans certaines positions. Entre temps j’ai déménagé sur Lille et me voici dans le train du retour après l’ablation du matériel qui s’est très bien passé.

Conclusion

Mon premier constat est qu’il est malheureusement difficile d’obtenir des renseignements fiables sur ce type d’opération et c’est la raison qui me pousse à témoigner de mon expérience. Il est vrai que la plupart des patients que j’ai fréquentés durant mon allongement venait pour des allongements bilatéraux (esthétiques) qui impliquent un investissement personnel et financier considérable. Je précise que dans le cas d’un allongement unilatéral, l’intervention est prise en charge par la sécurité sociale et la mutuelle (en fonction des contrats).

En ce qui me concerne, tout c’est très bien passé. Le résultat est vraiment à la hauteur de mes espérances et je pense également avoir beaucoup appris sur moi-même durant cette expérience.. Néanmoins je le répète, la réussite de ce type d’intervention est fortement conditionnée par l’implication du patient et sa détermination au niveau de la phase de préparation ainsi que durant la période de cliquetage pour suivre rigoureusement les exercices d’étirement et de musculation.

Je tiens à remercier le Docteur Jean-Marc Guichet pour la qualité de son travail et son professionnalisme.

8. FEMME, 17 ANS, 1.33 M (ACHONDROPLASIE), +18 CM !!!

La préparation a permis de prendre 66% de force musculaire sur machine isocinétique Cybex à la première opération, et de se retrouver après 18 cm de gain de taille, avec une force musculaire 10 à 20% plus forte qu’avant l’allongement !!

La préparation a permis de prendre 66% de force musculaire sur machine isocinétique Cybex à la première opération, et de se retrouver après 18 cm de gain de taille, avec une force musculaire 10 à 20% plus forte qu’avant l’allongement !!

ALLONGEMENT (2 FEMURS), FEMME, 17 ANS, 1.33 m (ACHONDROPLASIE), +18 cm !!!

Pourrais-je un jour grandir ? C’était la question qui me revenait sans cesse ! Je dois vous dire que j’ai maintenant 20 ans et qu’à l’âge de 3 ans, les médecins ont décelé une achondroplasie. A 17 ans, je mesurais 1.33 m. Aujourd’hui [après 17 cm d’allongement], je mesure 1.50 m.… Jour J … Il n’était plus question de revenir en arrière… …. J’ai donc stoppé là l’allongement. Les douleurs ont disparu ! J’avais grandi de 7.7 cm ; J’étais très contente ! Cela m’encourageait pour envisager une nouvelle opération l’année suivante ! La deuxième opération… aucune commune mesure avec la première opération quant aux douleurs post-opératoires pour effectuer les gestes quotidiens… je crois que j’aurais presque pu me passer d’antalgiques. L’organisme se souvenait d’avoir vécu quelque chose de similaire… L’allongement se déroula bien, je ne ressentais aucune douleur… A 1500 clics, j’arrêtais l’allongement. J’avais pris 10 cm… J’étais… vraiment très motivée et c’est grâce aussi à cette motivation que j’y suis arrivée. Pour résumer en un mot comme en cent, je suis très contente de l’opération et de « l’opérateur » !!! Nous avons été dans une telle situation de désespoir. Que l’enfant ou le jeune différent des autres par sa taille trouve ici, dans ce témoignage, un message d’espoir !

9. HOMME, 19 ANS, +73 MM

tem_09-2

ALLONGEMENT (2 FEMURS), HOMME, 19 ANS, +73 mm

J’ai décidé d’opter pour la technique Albizzia. Je suis allé voir… La première raison est que j’ai pu voir d’autres patients qui s’étaient fait opérer, le résultat m’a impressionné: ils marchaient tous avec un déambulateur à quelques semaines ou avec des cannes anglaises pour ceux qui s’étaient fait opérer un mois auparavant. La deuxième raison met en valeur le professionnalisme et la rigueur que le Docteur Guichet a mis en place dans la préparation et la rééducation pour retrouver très vite notre mobilité. Je suis sorti de la clinique 3 jours après l’opération… J’ai gagné 7.33 cm en 66 jours d’allongement. J’avais l’impression de passer un été normal avec les heures de travail musculaire quotidien… Au sujet des cicatrices, on ne les voit presque pas. Les séances de coaching durent 2h30… Tout au long de l’allongement, le docteur Guichet a été disponible, même en période dite de vacances. Il a toujours répondu au téléphone, pris le temps de me réexpliquer… Son suivi médical a été régulier, méthodique et réconfortant…

Pour conclure, je suis très heureux et je ne regrette pas du tout l’opération… aujourd’hui, je vois les choses différemment, je ne souffre plus de ma taille, j’ai gagné en assurance, cette opération a changé ma vie. Merci Docteur Guichet.case-studies

Les Résultats

L’expérience du Dr Guichet sur plus de 400 allongements par clous Albizzia® et Guichet® permet d’assurer une qualité optimale tant pour l’ossification que pour le résultat pour le patient. Les résultats dépendent beaucoup de l’aspect psychologique, notamment de la clarté psychique du patient et de sa détermination à ‘gagner’ son allongement. La douleur est variable d’un patient à l’autre, majorée par les patients qui sont moins sûr d’avoir fait le bon choix !

Les patients reprennent les activités sportives légères dès le lendemain de l’opération, voire le jour de l’opération. Des douleurs et une sensation de raideur (même en cas de mobilité complète) sont notées : elle diminue dès la fin de l’allongement puis disparait progressivement quand l’os est fusionné : elle s’oublie alors. Les patients ont en moyenne 2 à 3 opérations pour avoir un allongement bilatéral (pose et ablation des clous et autres interventions prévues ou non).

Les patients les mieux préparés sont ceux qui ont le moins mal. Le coaching et la stimulation positive du patient améliorent considérablement les résultats vécu et fonctionnel du patient.

Le gain moyen sur 160 allongements esthétiques a été de 67 mm. Dans le nanisme, les gains combinés peuvent aller à 30-35 cm (jusqu’à 22 cm sur les fémurs).

Avec le contrôle et le programme instauré par le Dr. Guichet, le gain est obtenu bien plus vite qu’avec les techniques concurrentes: 44 mm en un mois et 7 cm au bout de 2 mois).

1. FEMME, 27 ANS, 1.48 M, + 92 MM

Fémurs … +92 mm, souplesse près ablation des clous…

Fémurs … +92 mm, souplesse près ablation des clous…

ALLONGEMENT (2 FEMURS) POUR PETITE TAILLE CONSTITUTIONNELLE, FEMME, 27 ANS, 1.48 m, + 92 mm

Alors, « Docteur, ne pourrais-je jamais grandir ? N’y a-t-il vraiment aucun moyen pour que je gagne quelques petits centimètres ? ». « Non, hélas, et il faudra bien vous accepter ainsi, vous avez d’autres qualités… »

Voilà la réponse qu’on obtient auprès de notre médecin traitant ou d’un endocrinologiste consulté. J’en ai moi-même souffert. Durant plus de 10 ans, depuis mon adolescence, j’ai cherché, cherché, consulté untel, puis un autre, sans succès. J’étais persuadée qu’a l’ère des navettes spatiales, on pouvait guérir ce mal (peut-être lisais-je trop de science-fiction).

Puis, j’ai fait des études de médecine, j’ai alors continué à m’informer auprès de divers spécialistes de mon CHU. L’endocrino: « non », le prof d’anatomie : « non », le chirurgien général « non ». Je demande ensuite à monsieur le professeur orthopédiste chef de service :
-moi :« comment allongez-vous l’os dans les cas d’inégalité de longueur des jambes ?
-lui : avec un fixateur externe
-moi : alors on peut le faire pour les 2 côtés : çà permettra d’augmenter sa taille !
-lui : non, surtout pas, c’est une intervention trop lourde et risquée pour simplement faire grandir une personne qui est par ailleurs normale . Il faut vous ôter cette idée de votre tête ».

Je fus malheureuse de cette réponse et en même temps heureuse car c’était un espoir puisque je savais désormais qu’un instrument chirurgical existait. Alors, je vais voir un autre orthopédiste du même service, un jeune médecin étranger, et lui demande « qui, ici au CHU opère les inégalités de longueur des membres inférieurs, puisque j’arrive à la fin de mon stage d’orthopédie et je n’ai toujours pas vu telle opération ? ». Lui « ah, mais c’est en chirurgie pédiatrique, car cette opération concerne uniquement les enfants ». Super, une info de plus. J’attends alors de passer mon stage de chirurgie pédiatrique. Je rencontrais plus tard le chirurgien d’orthopédie infantile, le Pr L. Je lui fais part de ma souffrance, il me montre alors sur des jeunes patients du service combien cette opération est lourde, douloureuse, longue et risquée. Malgré ma demande insistante, il refuse. Je vais alors voir un chirurgien en ville. A ma surprise ce dernier accepte, bien qu’il n’ait jamais fait cette opération de manière bilatérale. Je n’étais pas inconsciente et j’avais de bonnes connaissances médicales pour savoir que les choses se seraient mal passées, car il ne suffit pas de se faire opérer, de voir le fixateur autour de ses membres, il y a toute une partie rééducation et suivi rapproché qu’il n’aurait pas assuré sérieusement. Je l’ai donc immédiatement abandonné. Je continuais mes longues études, mais cette idée ne sortait pas de ma tête. Alors je suis allée voir un chirurgien à Paris (car la chirurgie à Paris, c’est le top !), un professeur, que j’ai consulté plusieurs fois et qui finalement, étais prêt à accepter et m’a donné les coordonnées de patients qu’il a opérés d’allongement bilatéral. Je les ai visité et bien qu’ils avaient des séquelles, j’étais déterminée à aller le revoir pour fixer une date opératoire. C’était, vues toutes ces années qui passèrent, à la fin de mes études médicales !!

Je gardais pourtant contact avec le Pr L, car j’appréciais en lui de nombreuses qualités. Il admettait bien que j’avais besoin de cette chirurgie mais il voulait que les choses se passent bien, car je n’avais aucune maladie osseuse, simplement une taille un peu au-dessous de la normale, une complication aurait donc été bien dommage (balance bénéfice / risque). A la fin de mes études, c’était en 1997. C’est alors qu’il m’apprit qu’une nouvelle méthode, beaucoup moins dangereuse, et donc plus acceptable pour un adulte (et oui, j’avais beaucoup grandi en années mais pas en cm), était validée : il s’agit d’un clou interne, mis au point par un jeune chirurgien brillant : le Dr Guichet, alors au CHU de Nancy.

Sa méthode est actuellement la meilleure. J’ai été opérée par lui il y a maintenant 4 ans. L’allongement a duré 2 ½ mois, période pendant laquelle j’ai fait ma rééducation au Centre de réhabilitation fonctionnelle à Nancy. Je suis rentrée chez moi 2 ou 3 semaines après, sans cannes. J’ai repris le travail 2 mois après. J’ai gagné 8 cm, les résultats sont excellents, je n’ai eu aucune séquelle et en suis heureuse.

Ma souffrance du handicap a été grande, et mon chemin pour arriver au Dr Guichet a été long. Pourtant, je constate qu’aujourd’hui encore les patients sont mal informés. Je travaille maintenant dans un autre CHU et lorsque je demande naïvement s’il y a un moyen de grandir, on me répond toujours « non » ou « oui, c’est le fixateur externe ». Incroyable, alors que le clou interne a fait preuve de son efficacité et de ses avantages! Quelle désinformation ! Ils sont écœurants ces chirurgiens qui ne parlent que de leur ancienne méthode et veulent garder les patients pour eux, même si un de leur confrère peut offrir des prestations plus honnêtes. On comprend qu’à leur tour les généralistes ne soient pas au courant. J’ai vu l’an passé une émission sur M6 traitant de la chirurgie d’allongement : le chirurgien invité n’utilise que le fixateur externe, les gens n’ont donc même pas été informés du clou interne. C’est désolant de voir aujourd’hui les patients orientés vers le fixateur externe qui est désormais une méthode barbare. C’est pourquoi j’ai créé cette page : informer.

2. HOMME, 1.78 M, +55 MM (2 FEMURS)

Cicatrisation lente avec nécessité de greffe. Vous voyez l’espace entre les os qui se comble lentement, et qui est ponté par de l’os (fin liseré en bordure du clou à sa droite). Cependant, cette ossification n’est pas suffisante pour ‘protéger’ le clou et éviter un risque de fracture. Une greffe percutanée a été réalisée (incision de 6 mm de long), et la patient a parfaitement cicatrisé. Il avait été informé du risque d’opération supplémentaire et le résultat final n’a pas été modifié : il est excellent et les clous ont été enlevés ensuite!

Cicatrisation lente avec nécessité de greffe. Vous voyez l’espace entre les os qui se comble lentement, et qui est ponté par de l’os (fin liseré en bordure du clou à sa droite). Cependant, cette ossification n’est pas suffisante pour ‘protéger’ le clou et éviter un risque de fracture. Une greffe percutanée a été réalisée (incision de 6 mm de long), et la patient a parfaitement cicatrisé. Il avait été informé du risque d’opération supplémentaire et le résultat final n’a pas été modifié : il est excellent et les clous ont été enlevés ensuite!

ALLONGEMENT CAR IL EST CONSIDERE COMME LE ‘NAIN’ DE LA FAMILLE, DANS UN PAYS NORDIQUE, HOMME, 1.78 m, +55 mm (2 FEMURS), 3 OPERATIONS EN TOUT

Je suis un ancien patient du Dr Jean-Marc Guichet à Nancy, en France. J’ai été opéré le 12 Juillet 2002. Le clou Albizzia est un dispositif entièrement implantable. Cela signifie qu’il n’y a pas de broches traversant la peau et ainsi le risque d’infection est très faible et la vie quotidienne est plus facile après la chirurgie. En outre, les cicatrices (les plus importantes étant de 6 cm de long) sont aussi petites que possible et ne peuvent pas grandir.

L’intervention chirurgicale elle-même n’est pas un problème puisque vous dormez profondément. Espérons-le! Les 2 ou 3 heures après l’opération j’ai eu une douleur, même si elle était supportable. La première semaine après la chirurgie est certainement la période la plus délicate, car la plupart des mouvements des membres inférieurs sont extrêmement difficiles et parfois douloureux et vous vous sentez en général très faibles. On ressent d’étrange sensations entre la partie inférieure et supérieure des fragments d’os, on se sent bizarre quand les muscles sont détendus. Cependant, quand vous êtes debout ou que vos muscles ne sont que légèrement contractés, les genous sont bloquées et il n’y a pas de rotation possible. Les clics commencent cinq jours après la chirurgie. Pour moi, je peux dire que je n’ai jamais eu de douleur au moment des clics. Les clics premiers sont cependant une épreuve psychologique : on entend un claquement sonore qui sort de ses os! Les mouvements nécessaires pour effectuer les clics sont décrits en détail sur la page d’accueil du Dr Guichet.

Le cinquième jour, je pouvais me lever pour la première fois alors que j’avais presque plus de force musculaire dans les cuisses. Randonnée pédestre aux toilette et le retour au lit était aussi difficile que l’ascension du Mont Everest. Les longues marches ne sont possibles que sur des béquilles. Au cours des deux premières semaines je pouvais seulement marcher avec les jambes complètement étirées, sans flexion du genou. Dans les dernières semaines je pouvais marcher avec une légère flexion du genou. Un retour à la vie quotidienne est facilement possible au cours de la période d’allongement, mais cela dit, la marche est extrêmement pénible et si vous avez quelqu’un qui s’occupe de vous de temps en temps, vous ne serez pas prêts à marcher davantage que 30 mètres par jour. Pendant les 5 premières semaines après la chirurgie, j’étais très dépendantes des autres personnes pour la nourriture etc Au cours des deux dernières semaines, cependant je pouvais aller faire des courses, seule, au volant de mon véhicule. Une fois que les clics quotidiens ont été arrêtés (après 7 semaines ou 4,5 cm de gain), je suis resté à Nancy pour 10 autres jours et ai travaillé dur pour reprendre un style normal de marche dès que possible. Quand je suis ensuite retourné à la maison après 8 semaines et quelques jours, je marchais mieux, sans béquilles, mais en claudiquant un peu. Il m’a fallu encore 2 semaines pour aller faire du shopping dans ma ville pour la première fois après la chirurgie, sans regards des autres, mais avec des petites douleurs musculaires après 2 heures de marche. Maintenant que je vous écris cela, on est en Octobre et il y a des jours où je me promene 8 heures par jour. Je peux aujourd’hui marcher autant qu’avant l’intervention – mais de 4,5 cm plus haut! Ce que je ne peux toujours pas faire, c’est la course ou le sport, mais je suis déterminé que ca reviendra aussi dans quelques temps. Depuis ma sortie de la chirurgie, j’ai senti mes jambes progresser chaque jour. Un progrès qui est très petit, mais suffisamment gros pour le sentir de façon claire et la bonne chose est : ça continue et ne s’arrêtera pas avant d’avoir retrouvé 100% de ma forme initiale.

Je dois dire merci à Jean-Marc Guichet qui est certainement l’une des personnes les plus magnifiques que j’ai jamais rencontrée dans la vie. Depuis que je l’ai rencontré pour la première fois et en particulier pendant la période LL Il ne m’a jamais laissé tomber et était disponible sur son cellulaire 24 heures par jour. Je l’ai même appelé un dimanche, une fois, je pensais que le mécanisme de cliquet ne fonctionnait pas. Je me sentais très embarrassée, mais il m’a dit que j’avais le droit de l’appeler pour être à jour tout le temps. 30 minutes plus tard, il est venu à mon appartement loué. En outre il n’y avait que quelques jours ou il n’est pas venu pour me soigner. La communication entre lui et ses patients est très détendue et naturelle. Il se comporte davantage comme un ami que comme un médecin.

Enfin, je dirais que tous les traitements LL sont lourds et tout le monde doit vérifier si son problème de hauteur n’est pas lié à d’autres problèmes dans la relation ou la famille. Vous devez être à 100% déterminé. Sinon, vous risquez d’obtenir une dépression nerveuse en plein milieu du traitement. Si quelqu’un doit être déterminé à avoir une chirurgie LL, je recommande vivement le Dr Guichet, sa méthode est à mes yeux la plus sûre, la plus rapide et la moins exigeante.

3. FEMME, 30 ANS, 1.53 M, +70 MM

tem_03

ALLONGEMENT (2 FEMURS), FEMME, 30 ANS, 1.53 m, +70 mm

J’ai 30 ans, j’ai été opérée en 2006 d’un allongement osseux par le docteur Guichet. Quelques mois plus tôt, j’étais tombée par hasard sur une émission de télévision qui traitait de l’allongement osseux en Chine. L’émission était assez peu rassurante car les personnes opérées avaient des sortes de cages de fer entourant leurs jambes. Un appareillage aux allures de machine de torture pas rassurant du tout! Pourtant, j’ai été fascinée car, pour la première fois, j’apprenais qu’il était possible de faire grandir chirurgicalement des personnes! Je n’avais jamais imaginé qu’une telle chose serait possible un jour!

Aussi, j’ai aussitôt recherché des informations sur Internet. Je m’étais dit qu’il fallait sans doute attendre quelques années que la technique arrive en France et qu’elle soit si possible améliorée. En effet, les patients (le plus souvent des patientes) que j’avais vu dans l’émission semblaient beaucoup souffrir. Et surtout, ils étaient nombreux à subir des dégâts importants, se retrouvant avec des jambes arquées, déformées. Pour moi, une chose était certaine: il était hors de question de prendre de tels risques même si mon envie de grandir était immense! C’est pourquoi, j’ai été stupéfaite en effectuant mes recherches de découvrir que non seulement il existait une technique beaucoup moins risquée et qui plus est, pratiquée par un chirurgien orthopédique français!

J’ai passé des heures à «écumer» littéralement le net en lisant et relisant toutes les informations possibles sur la méthode Albizzia. J’ai compris qu’il s’agissait non pas d’un appareillage énorme entravant les os des jambes et muni de vis sortant des os qu’il faut tourner dans un sens ou dans un autre 4 fois par jour avec tous les risques évidents d’infection! Non, il s’agissait là d’un clou interne, dont le mécanisme s’enclenche uniquement en pivotant les jambes d’un côté et de l’autre. J’ai tellement lu le site du docteur Guichet que je l’ai quasiment appris par coeur! Puis, j’ai décroché mon téléphone et pris rendez-vous. Arrivée dans le cabinet du docteur Guichet, ce dernier m’a expliqué longuement l’opération elle même, son coût et les risques qu’elle comporte. Il m’a aussi examinée et m’a dit que dans les meilleurs des cas, je pouvais espérer prendre les 7 cm dont je rêvais. Mais qu’une préparation physique intense devait être entreprise. Le programme de musculation est prévu afin de muscler le plus possible les cuisses. En effet, ces muscles fondent jusqu’à perdre la moitié de leur force après l’intervention! D’où la nécessité de se muscler en prévision de cette fonte musculaire, afin de faciliter le plus possible la reprise normale de la marche. J’ai aussi consulté un psychiatre pour qu’il s’assure que j’étais bien consciente de mon choix et dans un état psychologique adéquat.

Durant les deux mois qui ont suivi l’intervention, je suis restée sur place, louant un petit studio équipé. Les jours suivant immédiatement l’intervention, j’ai eu des douleurs modérées ressemblant à des élancements, des tiraillements musculaires. J’ai aussi perdu un peu l’appétit, sans doute du fait des médicaments. De ce fait, ajouté à la «fabrication» de l’os qui j’imagine consomme beaucoup d’énergie (comme un adolescent en période de croissance, mais en beaucoup plus vite) j’ai beaucoup maigri, mais sans excès car j’étais un peu forte. Par la suite, j’ai peu à peu repris la marche, d’abord quelques mois avec des béquilles, puis normalement.

Je dois préciser que je me suis remise complètement de l’intervention.
Presque deux ans après l’intervention, mes clous m’ont été retirés. Ensuite, j’ai repris les béquilles, peut-être deux ou trois semaines. Et depuis, je revis! Le coût très élevé a nécessité pour moi d’importants sacrifices financiers, c’est la plus importante dépense que j’ai faîte de toute ma vie mais je ne regrette rien! Je n’avais pas espéré être «grande» à proprement parler mais je voulais ne plus être très petite, je voulais être de taille moyenne, je voulais avoir une silhouette plus conforme à mon «image corporelle». C’est désormais chose faîte. Le plus fort c’est que je n’éprouve même plus le besoin de mettre des talons, c’est bien la preuve que plus que les centimètres, c’est l’allure générale, l’image corporelle que je voulais modifier. Je suis passée de 1m53 à 1m60. J’ai la même taille que la plupart des femmes qui m’entourent. Petite, j’avais beaucoup souffert de sarcasmes et de moqueries sur ma taille. Des personnes qui ont un complexe physique comme une absence de poitrine pour une femme ou de cheveux pour un homme font appel à la chirurgie esthétique. L’une de mes amie s’est fait retendre la peau de son ventre tombant après une grossesse, une opération risquée et pourtant bien admise socialement. Pourquoi n’en serait-il pas autant pour la taille?

Personnellement, ma santé compte plus que tout. Si j’ai fait cette opération, c’est en mesurant très soigneusement les risques et en prenant soin de choisir un chirurgien parfaitement connaisseur de cette technique et après avoir rendu visite aux autres patients opérés par lui. La liberté d’une personne à disposer de son corps en toute conscience et connaissance de ce qu’elle fait est à mes yeux primordiale. Je me sens enfin bien dans ma peau. La meilleure preuve en est que j’ai complètement oublié l’opération! Et les personnes à qui je me confie aujourd’hui à ce sujet (et qui ne m’ont pas connues avant) sont sidérées de l’apprendre!

4. FEMME, 22 ANS, 1.44 M, +94 MM

tem_04

ALLONGEMENT (2 FEMURS), FEMME, 22 ANS, 1.44 m, +94 mm

My 9.4cm with Dr. Guichet

I have always wanted to be taller as I am a very short individual and so my research for LL started about 7 years ago when I first discovered that such an operation exists. At the time there was Swings board—not sure if any of you know it but it had a variety of very useful information with past patients, just like this site but at the time it was very active.

On there I started researching about all the different methods and the different doctors performing them. After a lot of reading, I narrowed it down to Dr. Guichet and Dr. Paley. I emailed both and soon after I scraped off Dr. Paley for a couple of reasons. Firstly he told me that 5 cm is the maximum he would allow and secondly if I were to do the operation with him then I would have to use a wheelchair for a few months before I moved onto crutches. This of course is unacceptable to me as I wanted to be on my feet as soon as possible with as much gain as I can get.

Ever since then, I have focused on Dr. Guichet’s method as I found him to be the best and most competent doctor for this type of surgery. As you know, this isn’t a small procedure and to make sure you have the least possible risk you must choose 1) an excellent method and 2) an even more excellent surgeon. To me the Albizza method and Dr. Guichet best covered the criteria.

Once I knew where I wanted to have my surgery, I started planning when I was going to do it, which wasn’t easy since I was studying at the time and I didn’t want to take noticeable time off and have people find out what I was doing. I had to postpone my plans several times for personal reasons and finally I was able to go for a consultation.

I met with Dr. Guichet and he spent quite some time explaining the procedure, the mechanism and any questions that I had. One of the things he told me was that it’s important to build up my muscles to prepare myself for the surgery as it will help with the lengthening and the recovery. And so I spent a year before my surgery going to the gym and building my muscle mass. I did that for on and off a year and I was able to build quite a bit of muscle which I’m happy about!

Anyways fast forward to surgery time. I was finally able to find the time and schedule my surgery. When I arrived to France I had all the blood work with me that Dr. Guichet required and I had 3 cybex tests done—one before my training, one half way during it and one right before the surgery and you can see the progress of my muscle increase on there. You don’t need to do 3 cybex tests but I happened to do 3 because my plans kept getting postponed after I did the cybex.

Additionally I had brought with me plenty of DVDs to keep me entertained and of course my laptop. I saw him twice before the surgery, one of which I had to sign some papers. Before my surgery I saw an anesthesia doctor that examined me to make sure I will have no problems with the anesthesia. You actually receive a general anesthesia right before the surgery and an epidermal—the epidermal being first. And that was it, I was all set for the surgery.

THE OPERATION

I was admitted to the hospital the night before and I had to take a shower with beta dine that night and the next day in the morning right before the surgery. The day of the operation had finally come! I wasn’t nervous at all, even when they came and took me to the operating room. All these years that I had done my research and dreamed of this moment has finally arrived, I was happy!! Once in the surgery room, I passed my Dr. Guichet and he smiled at me and patted my shoulder telling me everything’s going to be great, which reassured me. I was wheeled further into a room where my Dr. Louge-the anesthesia doctor- and another were there. They had me sit up and they gave me the epidermal. For the first time I started feeling a bit nervous, my legs started shaking and I couldn’t control them! After that they laid me down and gave me the general anesthesia, I was out in less than 10 seconds.

Next thing I knew I woke up in my room and I remember the nurses putting a shirt on me, it was kind of fuzzy but that day I had absolutely no pain at all. I even had to look at my legs a couple of times to check if they had operated on me or not!! I guess it was all the morphine and medicine that made me feel nothing. That night I was able to sleep for a bit.

The next day I woke up feeling alright. At about 8 am a nurse came in gave me my medicine and my breakfast. The nurses there are very nice, even though only one of them spoke English the rest were still very nice and helpful. Later that day Dr. Louge came to check on me, she told me that I took the anesthesia very well and there were no problems at all. Some time later Dr. Guichet came with 2 booklets in his hand. One had descriptions of several exercises which I’m supposed to do everyday and the other was a logbook where I had to write down the number of clicks I do everyday along with the time I did them, the pain I felt if any and how many minutes it took me to perform them.

He told me the surgery went well, there was little blood loss and everything was good. He gave me 7 mm during the operation which is equivalent to 105 clicks. He then proceeded to show me the exercises that I was supposed to do and that was the first time I felt pain after the surgery. And I think it was partly because I had just come out of surgery thinking that my legs are the most fragile things in the world and all of a sudden I had someone pushing them all the way to my chest! It was quite scary and painful but I have to admit I was glad he did that because when I went to my hotel I wasn’t scared to stretch them hard coz I knew it is possible to do. After that he showed me how to do a click and then had me do 5 mins of bike. He left after and told me he would pass by the next day.

Second day post-op I had very little pain, even though I had a morphine pump right next to me, I barely used it throughout my hospital stay. Dr. Guichet came again and answered my questions, spent some time with me and left. That day I was able to do 30 mins on the bike.

On the 3rd day post-op I woke up, had my breakfast and one of the nurses came and changed my dressings. At about 3.00pm I was ready to leave the hospital. Walking on the walker was very tiring. Although I had gone to the gym and built up my leg muscles, I completely didn’t pay any attention to my arms, and so they were hurting since I wasn’t used to carrying my body weight on my arms-which is something I recommend everyone who is doing the surgery to do. Anyways once outside the taxi arrived however it was a van taxi—which leads me to the second point to suggest—make sure u always order a small taxi!!!! Just a regular sized car because the van taxis have high seats and it is very difficult to get up to-I had a hard time getting on that seat.

Once I finally arrived to my hotel, again I had a hard time walking since not only my arms hurt but my hands too from all the pressure on them. That day I relaxed for a few hours and started doing my exercises.

DAILY ROUTINE

My first 2 weeks after surgery were the toughest because it was hard to do simple things such as brush my teeth without feeling like I had to sit down after 2 mins. One of my parents was with me during the first 15 days and it was a big help. At first it was hard lowering myself onto the toilet and once I did I needed someone to help me get up. Also I couldn’t sleep well at night- a lot of the times I found myself staring at the ceiling hoping I would sleep again. You can only sleep on your back at the beginning because it’s not comfortable being on your side, but after some time its fine. However every day gets better and you improve drastically. After 2 weeks I was able to do everything on my own, even cook—but for that I would put a chair next to the stove coz it’s hard to stand up all the time. And from there on life pretty much became a routine.

Dr. Guichet gives you an option where for an additional price, you’ll get 4 personal trainers that train with you for 2.5 hours in the morning and 2.5 hours in the afternoon Monday-to Friday and Saturday morning. I did that, so everyday I had someone come to me in the morning and afternoon for 2.5 hours where each session consisted of :

1) bike: I did 15 to 60 mins in one go depending on how I felt, but on average I did an hour and a half of biking a day

2) exercises: I went through one set of exercises with them each time, which took approx 45 mins, sometimes more. Each set included about 8 exercises at first but as time passes you keep adding more since you’re stronger and can do more.

3) Compex/ swimming pool/ walking: at the beginning after the operation, I used to do compex for about the first month and a half. Each time I would do something different, sometimes muscle building, or massage or lymphatic drainage or cappilarization. After, when my scars healed I started swimming in the pool for about 30 mins 3 times a week. And once I started using the crutches, I practiced walking with them with the trainers — eventually I started walking outside on the sidewalk with them for 30 mins a day.

If you want the price of training you should ask Dr. Guichet because I know he recently added some things to this ‘plan’ where there’s a nutritionist that helps you with what foods you should eat, according to your body. But the nutritionist was introduced after I was done so I didn’t have her.

So each day, I’d wake up at 7 am, do my clicks, wash up, have breakfast and wait for the trainers to come. Once they came I’d ride my bike for about 45 mins, sometimes more and sometimes less. I’d then do my stretching exercises which took about 45 mins and I’d finish off with the compex. For those of you that don’t know, compex is an electrical stimulation machine that works your muscles. You can choose different programs such as muscle building, muscle relaxing…depending on how you feel. I’d finish at around 11.30 and after I’d have my lunch. Then I’d take my medicine at 12 pm and relax. Sometimes I’d watch TV, other times I’d go on the internet or watch my DVDs or even nap. At around 2.30 pm, the other trainer would come and so again I’d bike, do my exercises and do my compex. This is what I pretty much did in the first month post-op. Also in the first month, I’d do additional biking and stretching on my own as I found that helped in reducing or eliminating whatever pain I felt. Doing compex or applying an ice pack also helped with the pain.

The pain the first few weeks after surgery is quite manageable, I was surprised coz I expected much more pain that what I felt. You have to know that at the beginning the pain keeps moving from place to place. For example one day it would be on my left lower thigh, the next on my upper right knee

The second month was pretty much the same except I reduced my sets of exercises to just 2—which I did when the trainers came. I also started practicing walking in the corridor with my crutches after I’d finish with my compex. Let me just explain that when you first start using crutches you move with them as if you were hopping, so two legs at a time, and later when your muscles are stronger you start to walk one leg in front of the other. At first it was hard because I didn’t know how to use the crutches and it was painful to move my legs since I hadn’t done so in quite a while. So at the beginning my walk was very slow, but bit by bit it got better until I was able to walk properly with them (one leg in front of the other), which was probably in my 3rd month.

Also in my 3rd month I started using the swimming pool and I started walking outside on a big sidewalk, which was really nice because it was refreshing to see people and cars and just normal life. I felt it helped stretch my muscles more, keeping my flexibility longer. Also swimming in the pool was good for me because I was able to move my legs in all sorts of directions that I could not do while sitting on my bed.

Fortunately I never developed flexion even at the end of my lengthening when I was at 9.4 cm, I had none whatsoever. I feel that the reason for that is because I am a very flexible person, I did gymnastics for many years and my muscles are very elastic. Right after surgery I was able to touch the heel of my leg to my bum and I continued doing that up to 5 cm. Dr. Guichet was very impressed with my flexibility. After that I slowly started losing some flexibility. But about 3 weeks after the end of lengthening I was able to touch the heel of my leg to my bum again!! By then I’d say about 80% of my flexibility was back.

Ratcheting

Ratcheting for me was very easy. At the beginning I didn’t know how to click because I was new to it so I wasn’t sure how I was supposed to place my leg but once I got the hang of it, it was very easy. For me Ratcheting remained easy during the whole lengthening phase. It varies between different people but I was one of the ‘luckier’ ones, and apart from a couple of difficult moments, I had no problems at all.

Here is a little summary on how many clicks I did post-op. I did my clicks at three intervals, 7am, 3pm and 11pm.
During the surgery: I received 105 clicks (which equal 7mm) Week 1: 21 clicks a day (7 at each interval)
Week 2-week4: 15 clicks a day
Week 5- week 10: 12 clicks a day
Week 11- week 12: 10 clicks a day
Week 13- week 16: 9 clicks a day

I did 9.4cm in 16 weeks.

The reason why Dr. Guichet kept reducing my clicks is because I wanted to gain a lot of cm’s. I was aiming for 10 cm and to be able to do that you need to reduce your clicks so that your muscles adapt and you can keep going to higher gains. There was a guy that did the surgery one week after me and from the start he just wanted 6 cm and he clicked 15 clicks a day from the beginning until he got his 6cm. Dr. Guichet keeps adjusting the number of clicks you do according to your potential gain and how much your muscles can handle. There is a girl that also did the surgery while I was there and because she had rapid calcification she did 21 clicks a day for 3 weeks, so I guess it depends on your body.

PAIN

Pain varies a lot. On average the whole experience wasn’t as bad as I had expected it to be. The first 3 weeks there was minimal pain, but again the pain moves- so one day it’s on your right thigh, the next it’s on you left knee, the next it’s on your back thigh so it’s not consistent. But I found that the more gain I did after 4.5 cm the less pain I had. Once I reached 5 cm I had virtually no pain. 6, 7, 8, 9 cm I had NO pain except for the occasional pinch here and there. I asked the trainers about this and they told me that they found that most patients feel most pain between 4-6cm and after that there is barely any pain, even when you go as high as 9 or 10cm.

SCARS

I have 3 scars on each leg, one next to my knee on the side, and 2 more at the top of my thigh/butt also on the side. The ones at the top are very small and very thin straight lines, about 1.5cm each. The one on my knee is a bit longer, id say about 4-5cm but it is a very thin line. The scars fade and become white after some time. I’m really happy about the scars and I’m a girl!!!!!!

SETBACKS

I was unlucky enough to be allergic to the dressing that I used on my scars. It turned out that I’m allergic to the actual glue on the dressing. So I got a rash all over my body and redness around my scars. I treated that fairly quickly but it was definitely a nuisance. Another thing that I had was a hematoma, which is a small internal bruise. I’m not sure why I got it, it could be that I bumped my leg onto something but it hurt for only a day. I did an ultrasound and it turned out to be a small one thankfully. Other than that I had no complications. My back did bend in slightly which is normal with LL but 3 weeks after the end of lengthening it had straightened up to almost just like before surgery.

TIMELINE

So I figure some of you would want to know how long after the surgery I started doing certain things and I’m going to try and remember as best as I can.
Day 0 – operation
Day 1 – started using my walker, started doing the bike and began my daily exercises
Week 5 – started practicing walking on my crutches in the corridor
Week 8- started actually using my crutches whenever I left my room, whether it was to go for a walk or to go to Dr. Guichet but I have to admit I was one of the ‘later’ ones. The guy that did the operation one week after me started using crutches 3 weeks BEFORE me!!!!!!!! I personally was too scared to start early, I preferred to wait a bit longer until I was very comfortable with using them, even though Dr. Guichet himself was telling me to start using them a couple of weeks earlier.
Week 17 – started practicing walking with no crutches or anything in the corridor.
Month 6 – I would use one crutch when I went grocery shopping or wherever. Sometimes I would walk with nothing but I’d have to sit down after 10 mins because my back would start to hurt. Month 7 – I stopped using crutches at all and started walking everywhere with no support. But I had a noticeable wobble Month 8 – my wobble became less noticeable
Month 9 – my wobble is almost gone, not many people can notice it other than myself

And every month after my wobble would become less and less until it went away. During my time in Marseille, I was able to shop, go to the beach, watch a ballet and go to several restaurants, I’m not sure there are many other methods that will let you do that. I truly believe this is the best and safest method of LL for this type of procedure.

This is pretty much the summary of my experience as best as I can remember it. I have not mentioned certain aspects of the surgery such as costs or excuses I came up with to leave my country for so long, and I would appreciate if you people don’t ask me such questions. I’m trying to be informative about the surgery itself and not any other external issue. Everything else you can pretty much get off this forum.

And now all I can say is that I’m verrrrrrrry happy to have done this. I have been dreaming about this for yearsss and finally I got to do it and do it well. I feel my results wouldn’t be as good as they were had I chose another method, but from the start I had my mind set on albizza. I feel that Dr. Guichet is an excellent doctor that knows exactly what he’s doing—he invented this method!!! So he definitely knows his stuff—and knows it well. He used to monitor my progress every single week and gave me his cell phone in case I ever needed to call him. He has this method perfected, with recovery times shorter than other procedures. He is a genius and I am very grateful to him.

Anyways I know this is a long post, but I just wanted to give back to the community that I learnt so much from and hopefully people will find my experience useful to them.

5. FEMME, 19ANS, 1.42 M, +8.0 CM

ALLONGEMENT (2 FEMURS), FEMME, 19 ANS, 1.42 m, +80 mm

2008. Je m’appelle Aurore Callewaert, j’ai 19 ans. Il y a moins d’un an, je me suis faite opérer par le Dr Guichet d’un allongement bifémoral. Je mesurais alors 1.42 m. Outre les sarcasmes quotidiens à l’école, au collège, au lycée, j’étais également gênée dans les actes de ma vie quotidienne. Après 4 heures d’intervention chirurgicale, je me suis réveillée ‘en forme’ souhaitant commencer ma rééducation. Ce fut chose faite dès le lendemain quand j’ai enfourché le vélo d’appartement… pour atteindre les 8 cm tant convoités. La préparation intensive a permis d’atteindre cet objectif…

term_05.fw

Deuxième photo: Aurore, au centre, en bas
Troisième photo: Souplesse retrouvée…

6. FEMME, 33 ANS, +60 MM

tem_06

ALLONGEMENT (1 FEMURS) + CORRECTION D’AXES (TOTAL 4 OPERATIONS), FEMME, 33 ANS, +60 mm

Mon Histoire à moi ! Je suis mariée, j’ai 2 enfants et j’ai 33 ans.

Tout a commencé à Madagascar, en 1988, en voiture, sur une route chaotique de mon beau pays. Soudain l’accident ; le conducteur, décédé, et moi dans le coma et de multiples fractures. Ma jambe gauche a particulièrement souffert et le chirurgien malgache a fait bien des prouesses avec le matériel local pour rafistoler au mieux mon fémur et mon tibia avec plaque, vis, broche… Mon humérus restera en deux morceaux. Le résultat : une jambe gauche plus courte que la droite de plus de 6 centimètres.

Les médecins voulaient me prescrire des chaussures orthopédiques avec une semelle compensée à l’extérieure. Ma coquetterie me fit bannir cette proposition et j’optai définitivement, du moins le pensais-je à l’époque pour des chaussures montantes, dissimulant avantageusement une semelle intérieure de quelque centimètres, réduisant d’autant ma claudication.

Ainsi déambulais-je durant 14 ans.

Arrivée en France en 1995 je cherchai, sans trop d’illusion, un miracle de la civilisation occidentale me permettant de retrouver une longueur de jambe et une démarche normale, sans grand succès, et, oh miracle, en 2001, avec la venue du nouveau siècle, je fus mise en relation avec le docteur Guichet.

Grâce à lui, nous avons entrepris ensemble MA SIDERANTE METAMORPHOSE

A mon âge, était-il encore possible que les os grandissent. Est-ce que c’est vrai que l’on peut corriger une déformation osseuse suite à un accident ou pour une cause congénitale.

Suite à notre premier rendez-vous, qui a duré plus d’une heure, en avril 2001, le bilan n’était très réjouissant.
– une jambe gauche plus courte de 6 cm
– un fémur et un tibia qui ne sont pas dans le bon axe
– un genou varum

Après un état des lieux précis et un exposé détaillé de tout ce qu’il y a lieu de faire, le planning des « opérations » a commencé qui doit s’étaler sur un an.

Tout d’abord, et ce ne fut que le début, de la kiné pour muscler ma jambe.

Fin mai première, intervention chirurgicale ; retirer le matériel malgache qui était rester là depuis l’accident. Nouvelles séances de kiné.

Fin juin, premier clou dans le fémur. Il s’agit de corriger l’axe de genoux par rapport à la hanche. Au réveil, première appréhension, le tibia et le pied sont rejetés vers l’extérieur. Tout est normal, c’est une étape intermédiaire qui sera corrigé par la suite. Nouvelle découverte, le Centre de Rééducation de la rue Lionnois et la kiné intensive. Arrive les premiers moments difficiles, la fatigue, la séparation avec le mari, les enfants, les pleurs, le découragement aussi. « Dites Docteur, c’est encore long ? »

Fin septembre troisième opération, nouveau clou, on corrige l’axe du genoux au niveau du tibia. Au réveil, ma jambe est droite, c’est le début du miracle, de ma métamorphose. Mais encore Lionnois, la kiné, la séparation, la fatigue et les inévitables moments de découragement, de pleurs, d’envie de tout abandonner, parfois même de regretter… Mais il y a ma volonté inébranlable de réussir, redevenir droite, marcher comme toute et le soutient inconditionnel et sans faille, au combien précieux dans ces moments de faiblesse, de mon mari.

Une opportunité, l’opération finale, peut se faire le 28 décembre. Adieu les projets de réveillon, cette année ce sera cotillon en clinique. Il s’agit de la dernière étape, celle qui consiste en la pose du clou fémorale d’allongement. On retire le premier clou, on casse le fémur en deux endroit et on remet le nouveau clou. Nouvelle découverte, « le clic-clac ». Et c’est parti pour le marathon de l’allongement ; cinq clic-clac matin, midi et soir pour allonger le fémur de 1 millimètre par jour, combien de fois faudra-t-il se contorsionner le genou pour récupérer les six centimètres manquants ? Et la kiné, et la kiné, et la kiné.

Et puis arrive le printemps, les petites fleurs, les chants d’oiseaux, le soleil dans le ciel qui donne envie d’aller courir à pleine jambe, c’est la renaissance, une nouvelle vie qui commence.

Fin mai tout est fini.

Tout au long de l’année, j’ai eu confiance en mon chirurgien. A la fin, j’ai fini mon traitement. Je suis très heureuse. J’ai obtenu un bon résultat. J’ai récupérer tout le longueur de ma jambe, l’axe de genou est corrigé, la jambe est bien droite. Ce n’est pas uniquement pour être belle mais c’est aussi pour ma santé. C’est utile dans ma vie quotidienne de marcher correctement. Bien j’ai consacré une année de ma vie à ces opérations, mais aujourd’hui, face au résultat final j’ai oublié tous les moments difficiles.

Ma vie a beaucoup changé, j’ai redécouvert le plaisir de marcher avec des sandalettes, voir même pieds nus. Tout ça je le dois à mon chirurgien et c’est en toute simplicité et sincérité que je lui adresse là un grand merci. C’était un rêve, le docteur Jean Marc Guichet l’a fait. Avec la volonté, la confiance, la patience, tout peut être soigné.

7. HOMME, 31 ANS, +60 MM

tem_07

ALLONGEMENT (1 FEMURS), HOMME, 31 ANS, +60 mm

Ca y est ! Je prends place dans le TGV Marseille – Lille de 13h40 qui me ramène chez moi dans le Nord en ce samedi 13 septembre 2008 ! Ma cuisse droite est encore un peu douloureuse, un peu raide aussi mais rien de bien méchant. Il est vrai qu’hier, le Docteur Guichet a retiré le clou d’allongement fémoral qu’il m’avait mis en avril 2007.

Je m’installe confortablement dans mon fauteuil, je sors mon ordinateur portable afin de partager avec vous les raisons qui m’ont poussé à subir un allongement fémoral d’une part et comment s’est déroulée mon expérience avec le docteur Guichet d’autre part. En effet, il est très difficile d’obtenir des informations fiables sur ce type d’interventions dans la mesure où la plupart des chirurgiens qui les pratiquent vous diront qu’ils sont les meilleurs et qu’on peut lire tout et son contraire sur Internet…

La fracture

Tout a commencé le 20 mars 1990, alors que je venais de fêter mon quatorzième anniversaire, je me suis cassé le fémur droit lors d’une chute en skateboard. J’ai été opéré le lendemain à l’hôpital de Périgueux. L’opération consistait en placer un clou dans le canal centromédullaire du fémur. Malheureusement, l’opération qui ne présentait pourtant aucune difficulté n’a pas été une réussite : en effet, deux problèmes en ont résulté. Le premier est une rotation interne de la partie inférieure de ma jambe. Ayant constaté cela, j’ai demandé à être transférer dans un autre hôpital, où un autre chirurgien a repositionné ma jambe dans le bon axe. Merci à lui !
Le second problème est que lors de l’opération initiale, le cartilage de croissance situé au dessus du genou a été endommagé. La conséquence fût simple : alors âgé de 14 ans, en pleine croissance, mon fémur droit a grandi moins vite que le gauche. A la fin de ma croissance, vers l’âge de 20 ans, j’avais une différence de longueur d’un peu plus de 5 cm entre les deux jambes que je compensais autant que possible à l’aide d’une talonnette (3cm) à l’intérieur de ma chaussure.

La résignation

A cette époque, j’ai consulté plusieurs chirurgiens orthopédique afin de savoir ce qu’il était possible d’envisager pour rétablir l’égalité de longueur entre mes deux fémurs. Les réponses qui m’ont été apportées ne m’ont pas vraiment enthousiasmé : le premier proposait de raccourcir la jambe gauche ! Ne mesurant qu’1m72, je ne me voyais pas perdre 5cm… Le second chirurgien m’a expliqué qu’il existait bien une technique par fixateurs externes (Ilizarov) qui était employé chez les personnes de petite taille. Cette technique était risquée, douloureuse et je ne récupérerai certainement pas 100% de ma mobilité au niveau de ma jambe droite, sans parler des multiples risques d’infections. Le chirurgien finit par conclure que cette opération n’était proposé qu’à des patients présentant plus de 7 cm d’inégalité et que dans mon cas, il serait plus raisonnable de compenser par une talonnette, voire une chaussure orthopédique faite sur mesure.

Vu sous cet angle, j’ai décidé de suivre son conseil. En effet, étant très sportif, je ne voyais pas prendre de tels risques. J’ai donc continué de porter ma talonnette. Cependant, c’était plutôt gênant à plusieurs titres :
– la dite talonnette ne mesurant que 3cm, il manquait 2 cm à compenser, ce qui engendrait une scoliose qui pourrait avoir des conséquences importantes avec le temps.
– Ensuite, cela m’obligeait à ne porter que des baskets car la talonnette ne rentrait pas dans des chaussures de ville, ce qui était gênant alors j’entrais sur le marché du travail après mon école de commerce.
– Enfin, être pieds nus était inesthétique et inconfortable au possible. Adieu les tongs sur la plage en été…

Qui cherche trouve !

En 2004, alors que mon travail chez Décathlon m’avait conduit jusqu’à La Rochelle, je me suis demandé si les techniques chirurgicales n’avaient pas progressé après ces quelques années écoulées et j’ai donc entrepris des recherches sur internet. Je suis rapidement tombé sur le site du Docteur Guichet qui m’a particulièrement intéressé car il exposait une technique d’allongement par clou centromédullaire totalement interne et les témoignages présents sur le site m’ont donné envie d’en savoir plus.

J’ai donc pris rendez-vous avec le Docteur Jean-Marc Guichet en juillet 2005 qui m’a expliqué en quoi consistait sa technique, les cliquetages, les pré requis, les contraintes diverses, etc… ensuite, j’ai pu rencontrer plusieurs patients en cours d’allongement dont un jeune New-Yorkais de 20 ans qui en était à plus de 8 cm gagnés sur les 2 fémurs. Je pense que c’est la discussion que j’ai eu avec ce jeune patient qui m’a réellement convaincu de la compétence du docteur Guichet et de la fiabilité de sa technique. Cependant, j’ai également compris que la réussite d’une telle opération repose en grande partie sur la préparation et la détermination du patient. C’est essentiel ! Avant l’allongement, il faut s’entrainer pour gagner du volume musculaire. Durant l’allongement, il faut rester à proximité du chirurgien (à l’hôtel si comme moi on habite à l’autre bout du pays) pour que le docteur Guichet s’assure que les cliquetages sont correctement faits et intervenir en cas de difficulté, suivre un protocole d’exercices de musculation et d’étirements rigoureux.

La date était donc fixée : le 18 avril 2007, je me ferais opérer. D’ici là, je m’entraine 2 fois par semaine dans une salle de musculation suivi par un coach avec un programme spécifique. Je dois gagner de la puissance et du volume musculaire.

Jour J

L’opération s’est très bien déroulée, le chirurgien ne s’est pas trompé de jambe (rires) !! Le réveil n’est pas douloureux dans la mesure où l’anesthésiste cumule une anesthésie générale et une péridurale qui permet l’injection d’anti douleurs à la demande après le réveil. Le docteur Guichet passe me voir dans la chambre pour m’expliquer comment s’est passé l’opération et me montrer comment faire les cliquetages. Le jour même, le kiné passe dans ma chambre avec un vélo d’appartement : 20 mn de vélo !

Les cliquetages

Ce n’est normalement pas douloureux si on parvient à être parfaitement décontracté musculairement. Je devais faire 7 cliquetages, 3 fois par jour (gain 1.5 mm) puis diminuer à 15/jour. Je n’ai pas compris de suite comment faire les cliquetages seuls. J’ai alors eu des difficultés à cliquer certains moments. J’ai dû appeler le docteur Guichet à plusieurs reprises pour qu’il passe à mon hôtel pour m’aider. Il a d’ailleurs fait preuve d’une grande disponibilité à ce moment là. Malheureusement ou heureusement, je ne sais pas, ma calcification était très rapide. J’ai donc eu de grandes difficultés à cliquer au bout d’une vingtaine de jours. Le cliquetage devenait très difficile et douloureux et psychologiquement c’était éprouvant. Finalement, le docteur a décidé de me faire un grand nombre de cliquetages sous anesthésie générale. Le 11 mai, je suis donc retourné à l’hôpital pour cette anesthésie. Le docteur m’a fait 75 clics soit un allongement de 5mm d’un coup. Autant dire que le réveil a été rude. Néanmoins, dès le soir, j’ai pu cliquer très facilement sans aucune douleur en laissant ma jambe se décontracter lentement. Je n’ai plus eu aucune difficulté pour cliquer jusqu’à la fin de mon allongement.

Les exercices

Durant la phase d’allongement, il est primordial de bien suivre le protocole d’exercice préconisé par le chirurgien qui est très complet et requière beaucoup de motivation. Certaines personnes peu sportives peuvent souhaiter être suivies par un coach personnel. J’ai pris un abonnement à une salle de sport proche de mon hôtel où j’allais faire mes 2 heures de vélo d’appartement quotidiennes. Je recommande le lecteur MP3 car c’est un peu monotone ! Dans mon hôtel, il y avait une piscine où j’allais nager tous les jours, c’était plutôt agréable. Enfin, comme mon allongement ne concernait qu’une seule jambe, j’étais suffisamment mobile pour prendre le bus jusqu’à la plage du Prado et me baigner.

Le retour

Après un mois et demi passait à Marseille pour mon allongement, j’ai enfin pu rentrer chez moi début juin. Une fois l’allongement terminé, il faut laisser le temps à l’os de se solidifier. J’ai marché avec une seule béquille pendant 10 jours environ puis sans béquille. Pendant l’été, j’ai continué les exercices d’assouplissement, la musculation, l’électrostimulation, la natation. 6 mois après l’opération et une radiographie de contrôle, j’ai repris tous les sports (course à pied, skateboard, VTT sans aucune difficulté. La présence de la broche entraine simplement une légère gêne au niveau de la fesse dans certaines positions. Entre temps j’ai déménagé sur Lille et me voici dans le train du retour après l’ablation du matériel qui s’est très bien passé.

Conclusion

Mon premier constat est qu’il est malheureusement difficile d’obtenir des renseignements fiables sur ce type d’opération et c’est la raison qui me pousse à témoigner de mon expérience. Il est vrai que la plupart des patients que j’ai fréquentés durant mon allongement venait pour des allongements bilatéraux (esthétiques) qui impliquent un investissement personnel et financier considérable. Je précise que dans le cas d’un allongement unilatéral, l’intervention est prise en charge par la sécurité sociale et la mutuelle (en fonction des contrats).

En ce qui me concerne, tout c’est très bien passé. Le résultat est vraiment à la hauteur de mes espérances et je pense également avoir beaucoup appris sur moi-même durant cette expérience.. Néanmoins je le répète, la réussite de ce type d’intervention est fortement conditionnée par l’implication du patient et sa détermination au niveau de la phase de préparation ainsi que durant la période de cliquetage pour suivre rigoureusement les exercices d’étirement et de musculation.

Je tiens à remercier le Docteur Jean-Marc Guichet pour la qualité de son travail et son professionnalisme.

8. FEMME, 17 ANS, 1.33 M (ACHONDROPLASIE), +18 CM !!!

La préparation a permis de prendre 66% de force musculaire sur machine isocinétique Cybex à la première opération, et de se retrouver après 18 cm de gain de taille, avec une force musculaire 10 à 20% plus forte qu’avant l’allongement !!

La préparation a permis de prendre 66% de force musculaire sur machine isocinétique Cybex à la première opération, et de se retrouver après 18 cm de gain de taille, avec une force musculaire 10 à 20% plus forte qu’avant l’allongement !!

ALLONGEMENT (2 FEMURS), FEMME, 17 ANS, 1.33 m (ACHONDROPLASIE), +18 cm !!!

Pourrais-je un jour grandir ? C’était la question qui me revenait sans cesse ! Je dois vous dire que j’ai maintenant 20 ans et qu’à l’âge de 3 ans, les médecins ont décelé une achondroplasie. A 17 ans, je mesurais 1.33 m. Aujourd’hui [après 17 cm d’allongement], je mesure 1.50 m.… Jour J … Il n’était plus question de revenir en arrière… …. J’ai donc stoppé là l’allongement. Les douleurs ont disparu ! J’avais grandi de 7.7 cm ; J’étais très contente ! Cela m’encourageait pour envisager une nouvelle opération l’année suivante ! La deuxième opération… aucune commune mesure avec la première opération quant aux douleurs post-opératoires pour effectuer les gestes quotidiens… je crois que j’aurais presque pu me passer d’antalgiques. L’organisme se souvenait d’avoir vécu quelque chose de similaire… L’allongement se déroula bien, je ne ressentais aucune douleur… A 1500 clics, j’arrêtais l’allongement. J’avais pris 10 cm… J’étais… vraiment très motivée et c’est grâce aussi à cette motivation que j’y suis arrivée. Pour résumer en un mot comme en cent, je suis très contente de l’opération et de « l’opérateur » !!! Nous avons été dans une telle situation de désespoir. Que l’enfant ou le jeune différent des autres par sa taille trouve ici, dans ce témoignage, un message d’espoir !

9. HOMME, 19 ANS, +73 MM

tem_09-2

ALLONGEMENT (2 FEMURS), HOMME, 19 ANS, +73 mm

J’ai décidé d’opter pour la technique Albizzia. Je suis allé voir… La première raison est que j’ai pu voir d’autres patients qui s’étaient fait opérer, le résultat m’a impressionné: ils marchaient tous avec un déambulateur à quelques semaines ou avec des cannes anglaises pour ceux qui s’étaient fait opérer un mois auparavant. La deuxième raison met en valeur le professionnalisme et la rigueur que le Docteur Guichet a mis en place dans la préparation et la rééducation pour retrouver très vite notre mobilité. Je suis sorti de la clinique 3 jours après l’opération… J’ai gagné 7.33 cm en 66 jours d’allongement. J’avais l’impression de passer un été normal avec les heures de travail musculaire quotidien… Au sujet des cicatrices, on ne les voit presque pas. Les séances de coaching durent 2h30… Tout au long de l’allongement, le docteur Guichet a été disponible, même en période dite de vacances. Il a toujours répondu au téléphone, pris le temps de me réexpliquer… Son suivi médical a été régulier, méthodique et réconfortant…

Pour conclure, je suis très heureux et je ne regrette pas du tout l’opération… aujourd’hui, je vois les choses différemment, je ne souffre plus de ma taille, j’ai gagné en assurance, cette opération a changé ma vie. Merci Docteur Guichet.